ActualitéInvestissementsMedia

TF1 se lance dans le « media for equity »

tf1-logoLe groupe TF1 va à son tour se lancer dans « media for equity », un concept qui consiste à obtenir des parts dans le capital d’une entreprise en échange d’une visibilité média par la publicité. Pour cela, la première chaîne de France prend part à l’alliance pan-européenne autour du groupe allemand ProSiebenSat.1.

« A travers ce partenariat, le groupe TF1 aura donc l’opportunité de se voir présenter des dossiers de Media For Equity d’envergure internationale, de bénéficier de l’expérience d’un acteur européen pionnier dans la démarche et enfin, d’organiser une veille stratégique en R&D » précise le groupe.

« Cet engagement a pour objectif : d’opérer une veille stratégique en matière d’innovation et de recherche de nouveaux concepts dans le domaine du digital ; d’attirer de nouveaux clients annonceurs, en particulier des start-ups désireuses de s’implanter en Europe et en France » précise-t-il.

D’autres médias français font déjà du media for equity. On compte notamment M6 – qui a ainsi noué un partenariat avec Fami Hero – ou encore le magazine L’Express via son fonds L’Express Ventures. Ce dernier compte ainsi des participations dans Short Edition, Kitchen Trotter, Chic Place et Morning Croissant.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
TF1 se lance dans le « media for equity »
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?