Distribution

The « Snowball » Walmart en a Encore Largement Sous le Pied !

Concernant le quizz "snowball", en effet, il s'agissait bien de Walmart, qui est passé de 30 Millions de $ de CA en 1970 (8 ans après sa création) à plus de 400 Milliards de $ aujourd'hui.

Sans aucune question, le modèle de distribution Walmart reprend donc cette fameuse analogie de Warren Buffet qui fut à l'origine du titre du livre d'Alice Schroeder (ICI).

Crée en 1962 au fin fond de l'Arkansas, au milieu de l'Amérique profonde des petites villes (il ciblait initialement les villes de quelques milliers d'habitants délaissées par les autres grands distributeurs), Walmart, est devenu en un peu moins de 50 ans le 1er retailer de la planète avec environ 420Mds$ de chiffre d'affaires en 2009 calendaire (on attend les résultats semaine prochaine), près de 4x environ la taille du français Carrefour, qui est n°2 mondial.

Le "Snowball" se palpe bien concrètement avec l'évolution ci-dessous du CA sur les 15 dernières années (note l'année correspond en fait à l'exercice fiscal, les 420Mds$ seront sur fiscal 2010) :

Capture d’écran 2010-02-07 à 12.22.22
Une telle taille a de quoi faire peur et porte forcément le flanc à la critique. Au débat "is Walmart good or bad for America ?", lancé par Hillary Clinton elle-même – auquel elle a d'ailleurs répondu "yes and no" – il n'y a évidemment pas plus de réponse qu'à des questions génériques telles que "is America good for America ?", "are Microsoft & Google good or bad for the world ?" ou "la recherche de productivité est-elle bonne pour la société ?". On flirte avec le débat philosophique fondamental !

Est-ce par ailleurs Walmart qui conduit à la fermeture des commerces moins performants quand il arrive quelque part, ou plutôt bel et bien le consommateur qui vote avec ses pieds en allant dans ses magasins et délaissant les autres ?!

Toujours est-il que sur un plan bien factuel Walmart crée une valeur colossale à de nombreux niveaux : il emploit environ 2 Millions "d'associés" qui jouissent à 80% d'un plan de participation aux profits, a donné aux contribuables américains 50 Milliards de $ à travers les impôts payés sur les 10 dernières années, augmente le pouvoir d'achat des consommateurs par des prix extrêmement bas grâce à son efficacité opérationnelle et son pouvoir de négociation avec les fournisseurs, et a enfin crée une valeur financière considérable pour ses actionnaires : celui qui aurait investit lors de l'introduction en Bourse en 1970 et aurait patiemment attendu 30 ans, aurait fait du x9000, ce sans compter les dividendes ! Quoique qu'après avoir atteint une valorisation excessive en 2000, l'action se repose depuis et en 2010 on en est plus qu'à x7000 vs 1970 (voir ICI un parallèle que je faisais il y a quelques temps avec Amazon) !

Pour les actionnaires, en terme de dividende annuel reçu, le snowball joue aussi à plein (en $ par action) :

Capture d’écran 2010-02-07 à 12.28.31
Le groupe des "fans de Walmart" sur Facebook regroupe 650,000 personnes !

Dans le détail des chiffres, la rentabilité de Walmart, comme celle de tout mass retailer, est mince en terme de % du chiffre d'affaires : on commence avec des marges brutes de 25% environ pour finir avec une rentabilité nette de l'ordre de 3 à 4% du CA. On est très loin du niveaux des sociétés de biens de grande consommation, grands fournisseurs de Walmart – Coca Cola, PepsiCo, Procter & Gamble, Colgate, Nestlé, Unilever, etc – qui tournent autour des 10%, sans parler des rois du logiciel, Oracle ou Microsoft, qui sont eux à 25% et + !

SI la croissance du chiffre d'affaires est exponentielle, ce qui est aussi absolument remarquable c'est l'incroyable stabilité du taux de bénéfice net sur les 40 dernières années :

Capture d’écran 2010-02-07 à 23.47.33

Si avec la taille Walmart gagne évidemment en efficacité globale et en "bargaining power" vis-à-vis des fournisseurs, force est de constater qu'il repasse bel et bien aux consommateurs et à son personnel la totalité des gains de marge réalisés, puisque si entre 1970 et 2009 le CA a été multiplié par plus de 10.000 (oui dix mille), le taux de bénéfice net n'a lui aucunement bouger.

Si Walmart est aujourd'hui un mastodonte au modèle assuré, c'était une start-up il y a 50 ans, luttant contre les retailers de l'époque bien plus gros et organisés, mais voila comment Sam Walton analyse son succès : "most of the big guys already had distribution centers in place, while we had to build one from scratch. So on paper we really didn't stand a chance. What happened was that they didn't really commit to discounting. They held on thier old variety store concepts too long. They were accustomed to getting their 45% markup, they never let go…With our low costs, our low expense structures and our low prices, we were ending an era in the heartland…".

Cela n'est pas sans analogie avec ce qu'il se passe aujourd'hui sur le canal e-commerce. Sam Walton était pour son époque un "pure player" du discount, qui était en ce temps un nouveau concept et canal de distribution, travaillant sur des marges réduites (de l'ordre de 20-25%) – 2 fois plus basses que les distributeurs traditionnels de l'époque – mais avec des coûts opératoires extrêmement faibles. La concurrence n'a soit pas su s'adapter, soit l'a fait bien plus tardivement et moins efficacement, car ils avaient avant tout leur réseau existant à gérer et protéger, et une structure de coûts qui les immobilisait.

Le CEO de Walmart a récemment affirmé que "if there's going to be a Walmart of the web, it has to be Walmart". Mais pour l'heure, ce Walmart du Web, c'est Amazon, et de loin, qui leur fait ce que eux ont fait aux distributeurs de l'époque : les under-pricer en travaillant avec des marges encore plus réduites (j'estime la marge brute d'Amazon légèrement sous les 15% seulement). Comme je le mettais il y a quelque temps : "en distribution, le concept qui chasse l'autre c'est celui qui arrive à délivrer son offre à des prix inférieurs, parce qu'il peut se contenter de marges inférieures".

Ceci étant, si Walmart accuse un sacré retard sur Amazon quant aux ventes web, en tant que 1er retailer mondial il dispose néanmoins d'avantages importants au niveau du sourcing. Voir mon post d'octobre 2009 "Walmart vs Amazon" qui pointait sur les avantages respectifs des 2 acteurs.

Au sujet du sourcing justement, Walmart vient d'annoncer il y a quelques jours une très importante réorganisation de son pôle achat qui devrait générer des milliards d'économies supplémentaires tous les ans. Le boss des Walmart américains, Castro-Wright, déclarant ainsi que la firme "was redefining how we source products that are imported into our Walmart retail markets around the globe".

Le contexte est le suivant : les produits à marque propre de Walmart représentent aujourd'hui la bagatelle de 100Mds$ d'achats annuels. Mais, et de façon  très étonnante, seulement le 1/5 de ces achats sont actuellement fait en direct auprès des producteurs, le reste passe par des intermédiaires, qui prennent au passage leur mark-up.

Il y a là une importante poche d'économies que Walmart entend saisir, avec pour objectif de réaliser 80% des achats en direct sous 5 ans.

L'une des composantes de ce plan est une deal stratégique avec Li & Fung. Je présume que peu d'entre vous connaissent ce groupe, mais c'est un géant du sourcing asiatique, travaillant avec de très nombreux retailers mondiaux qui lui confient leurs achats en Asie. Il se trouve que je suis aussi aujourd'hui en contact avec le groupe Li & Fung sur un dossier particulier.

Dans le cadre de l'accord avec Walmart, Li & Fung va créer une unité spéciale – WSG – de plusieurs centaines de personnes, qui ne travaillera que pour Walmart, ce dernier pouvant la racheter en 2016. En clair, Walmart sous-traite la création d'une unité de sourcing.

La snowball Walmart, même si elle ne peut évidemment plus connaître une croissance de 30%/an, en a encore largement sous le pied : la pente est loin d'être terminée, même si l'internationalisation lui pose de sacrés soucis : lourd échec en Allemangne (retrait total il y a quelques années), grosses difficultés au Japon, en Russie, etc.

Michel de Guilhermier – Fondateur d’Inspirational Stores

Découvrez mon blog: http://micheldeguilhermier.typepad.com/
Suivez moi sur Twitter: http://twitter.com/mitchdeg

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

1 thought on “The « Snowball » Walmart en a Encore Largement Sous le Pied !”

  1. Etonnant. Comment peut on admirer avec autant de dévotion une socièté qui traite avec autant de cynisme l’humain ? Cela en est gênant.

    Bien sur avec tambour et trompette, on nous vend Valmart comme étant le défenseur du pouvoir d’achat des pauvres, le créateur d’emploi et dont la valeur créée est validée par les files d’attentes des clients…

    Paternalisme, haine des syndicats, paupérisation, pression sur les salaires, destruction du commerce…Valmart c’est aussi et surtout ça.

    « Les prix bas ne tombent pas du ciel ; ils s’expliquent pour partie par la baisse, de 2,5 % à 4,8 %, du revenu moyen des salariés dans chacun des comtés des Etats-Unis où la multinationale s’est installée. La firme déprime les rémunérations là où elle se déploie. Elle crée les conditions des « everyday low prices ». Au passage, elle multiplie le nombre des clients qui n’auront bientôt d’autre recours que de devoir économiser dans ses rayons. »

    « Au fil de ses pérégrinations, la firme de Bentonville n’a jamais renoncé à deux de ses caractéristiques d’origine : le paternalisme et l’aversion pour les syndicats »

    « Pour mieux se préserver de syndicats au réalisme incertain, chaque gérant de magasin dispose d’une « boîte à outils ». Dès la première sève de mécontentement organisé, il appelle une ligne rouge qui dépêche par avion privé un cadre supérieur de Bentonville. Plusieurs jours de pédagogie maison suivront, infligés aux « associés » pour les purger des mauvaises tentations

    « L’année dernière, les « associés » d’une succursale québécoise veulent eux aussi être représentés par un syndicat. Wal-Mart ferme la boutique et explique : « Ce magasin n’aurait pas été viable. Nous avons estimé que le syndicat voulait altérer de fond en comble notre système d’opération habituel »

    « Pour réussir, le modèle Wal-Mart lui impose de payer ses « associés » 20 % à 30 % en dessous de ses concurrents du secteur, mais aussi d’être beaucoup plus chiche qu’eux quand il s’agit de déterminer les protections sociales (maladie, retraite, etc.) sur lesquelles ses employés peuvent compter. Comme souvent avec les patrons libéraux, l’Etat ou la charité servent de voiture-balais. Après qu’un rapport du Congrès eut estimé que chaque salarié de Wal-Mart coûtait 2 103 dollars par an à la collectivité, sous forme de compléments d’assistance divers (santé, enfants, logement), une étude interne de l’entreprise a admis : « Notre couverture sociale coûte cher aux familles à bas revenus, et Wal-Mart compte un nombre important d’associés et d’enfants d’associés sur les registres de l’aide publique. »

    « Quand Wal-Mart arrive, les petits commerces ferment. Depuis que la firme s’est installée en Iowa, au milieu des années 1980, l’Etat a perdu la moitié de ses épiceries, 45 % de ses quincailleries et 70 % de ses confectionneurs pour homme. Empruntant au registre habituel du « populisme de marché » de la droite américaine, l’entreprise assure néanmoins qu’elle ne fait que défendre des consommateurs désargentés qui, légitimement, réclament « les prix les plus bas » à des corporations grassouillettes de producteurs ou de détaillants nantis de rémunérations indéfendables. La multinationale amie du président Bush se prévaut d’être « élue » chaque jour par les dollars de ses clients rangés en files patientes devant les caisses enregistreuses de ses magasins »

    « Wal-Mart n’est au fond que le symptôme d’un mal qui va. Chaque fois que le droit syndical est attaqué, que les protections des salariés sont rognées, qu’un accord de libre-échange accroît l’insécurité sociale, que les politiques publiques deviennent l’ombre portée des choix des multinationales, que l’individualisme du consommateur supplante la solidarité des producteurs, alors, chaque fois, Wal-Mart avance… »

    http://www.monde-diplomatique.fr/2006/01/HALIMI/13083

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This