ActualitéBusinessUne Start Me Up

Tout ce qu’il faut savoir sur Criteo… avant son entrée en bourse le 30 octobre

A l’heure de son introduction en bourse, FrenchWeb fait le point sur ce qu’il faut savoir de Criteo, la future ex-start-up présente aujourd’hui dans 37 pays

[h2]Il était une fois[/h2]

Un tout petit projet : celui de Franck Le Ouay et Romain Niccoli, qui en 2005, intègrent l’incubateur de start-ups Agoranov.

Criteo_Agoranov

Les compères sont tous les deux ingénieurs des Mines, ils croisent la route de Jean-Baptiste Rudelle, un jeune entrepreneur issu de l’école Supélec. Le projet prendra le nom de Criteo, un moteur prédictif en temps réel basé sur l’analyse de la navigation des internautes.

Le pivot de Criteo

L’outil développé par les ingénieurs permet d’anticiper le comportement des acheteurs sur les sites, et leur recommande des produits censés attirer leur intérêt, et donc générer du clic.

Olivier Mathiot, co-fondateur de PriceMinister, a été le premier client de Criteo. Il se rappelle: » Je me souviens avoir été le premier client à bénéficier des solutions de reciblage publicitaire de Criteo. Initialement, Criteo avait proposé à PriceMinister la mise en place d’un moteur de recommandation produits, fondé sur la technique du filtrage collaboratif. Très vite, l’idée a été étendue aux bannières publicitaires, Jean-Baptiste Rudelle et son équipe ayant « déjà beaucoup investi dans le développement d’algorithmes » de reciblage ».

Olivier Mathiot a donc été témoin et partie prenante d’un tournant dans l’histoire de Criteo : c’est en travaillant avec PriceMinister que l’entreprise est devenue le spécialiste des bannières ciblées.
2aebc9d

« J’ai pensé que cela pouvait être une bonne idée pour Price Minister d’utiliser ces algorithmes de reciblage (…) de façon à personnaliser les bannières chez nos affiliés, et donc augmenter les taux de clic et les taux de transformation », se souvient Olivier. Les tests réalisés par PriceMinister sur des segments d’internautes ont confirmé cette intuition. Cette collaboration gagnant-gagnant a permis à PriceMinister de proposer des publicités plus performantes, tout en faisant décoller l’activité centrale de Criteo.

Entre 2005 et 2008, Criteo se concentre donc ses activités de R&D sur l’analyse comportementale et la prédiction, en partenariat avec l’INRIA. Son outil qui permet d’analyser en temps réel les comportements permet à Criteo de « multiplier par huit le taux de clic sur les bannières publicitaires, et de rendre le display aussi efficace que le search, en terme de ROI ».

The american dream

Entre 2008 et 2012, Jean-Baptiste Rudelle part à San Fransisco, pour installer Criteo aux Etats-Unis (Voir l’interview de JB Rudelle depuis Palo Alto en 2011). En 2012, la société est présente dans 37 pays, et 80% de son chiffre d’affaires est réalisé à l’international. En avril, Criteo signe un partenariat avec Yahoo! Japon. Pour Jean-Baptiste Rudelle, ce partenariat est une étape cruciale du développement de Criteo, qui confirme son statut de leader mondial de la publicité en ligne. En juin 2012, l’entreprise retourne à Paris, inaugure son succès dans un nouveau siège social, rue Blanche. Il s’agit d’un centre essentiellement consacré à la R&D, qui représente 40% des effectifs globaux de Criteo.

[h2]LES HOMMES-CLÉS[/h2]

Top management criteo
rudelle_0Jean-Baptiste Rudelle : Diplômé de Supélec, après trois ans d’expérience dans le domaine du conseil (Roland Berger, Arthur D Little), Jean-Baptiste Rudelle s’exporte dans le Silicon Valley dès 1998. En 1999, il fonde la start-up Kiwee (services pour les téléphones mobiles) qui connaît un rapide succès. Mais le modèle s’essouffle, et Jean-Baptiste Rudelle revend Kiwee en 2004 à American Greetings. C’est l’année suivante qu’il rencontre Franck Le Ouay et Romain Niccoli au sein de l’incubateur Agoranov : c’est le début de l’aventure Criteo.

leouay_0Franck le Ouay : Titulaire d’un master de mathématiques de l’Ecole des Mines de Paris, Franck Le Ouay a occupé plusieurs postes en R&D chez Microsoft à Redmond. Anecdote : En stage en 1999 chez Electronic Arts, il a intégré l’équipe de développement en charge du jeu « Les Sims ». Co-fondateur de Criteo, Franck Le Ouay occupe actuellement le poste de Chief Scientist.

niccoli_0Romain Niccoli :  Comme Franck le Ouay, Romain Niccoli est diplômé de l’Ecole des Mines de Paris (master d’informatique). Passé par Schlumberger puis Systran (1999-2000), il a ensuite occupé plusieurs postes au sein de Microsoft, à Redmond. C’est là-bas qu’il fait la connaissance de Franck Le Ouay, avant de revenir en France en 2004 et de co-fonder Criteo, dont il est aujourd’hui le CTO.

coleman_0Greg Coleman : Diplômé des universités de Georgetown et New York. Il a passé 7 ans chez Yahoo! (2001-2008), en tant que Vice-Président Directeur des ventes mondiales. Son équipe chez Yahoo! a multiplié par 10 les recettes de publicité. En 2009, il a été président d’AOL Advertising, puis de Platform 1, l’entité publicitaire d’AOL lancée en 2008. Entre 2009 et 2011, Greg Coleman a été Président et Head of Revenue du Huffington Post.

wolfJonathan Wolf : Directeur de l’équipe produit chez Criteo depuis octobre 2012, il a précédemment occupé le poste de Chief Buying Officer. Après des études brillantes à Oxford, où il a obtenu le prix de Physique Gibbs (1997), puis à Harvard, Jonathan Wolf est entré chez Yahoo, où il était chargé de la publicité, du marketing et des partenariats stratégiques en Europe (2005-2008). Il a notamment été chargé, en 2007, de la restructuration puis de la vente du comparateur de prix Kelkoo.

gauthier_0Pascal Gauthier : Titulaire d’un diplôme de droit de l’université Paris II, Pascal Gauthier commence sa carrière chez DooYoo (plateforme de social shopping). Comme Jonathan Wolf, il dispose d’une expérience chez Kelkoo (2002-2006). Pascal Gauthier rejoint Criteo en 2008, où il occupe d’abord le poste de VP Sales et marketing, avant d’être nommé Chief Operating Officer (2009). Depuis mars 2013, il occupe le poste de Chief Business Officer, et est en charge du développement de nouveaux secteurs d’activité.

[h2]CRITEO EN IMAGES[/h2]

Criteo est installé rue Blanche à Paris dans le 9e  Franck Hammoutene.

[h2]LES CHIFFRES-CLÉS[/h2]

  • Plus de 800 collaborateurs dans le monde, dont 40% ingénieurs
  • 40% de l’effectif mondial dédié à la R&D
  • 4000 clients annonceurs
  • 6000 clients éditeurs
  • Présence dans 37 pays
  • Plus de 550 millions de bannières publicitaires/jour
  • Progression du chiffres d’affaires: 6,9 millions d’euros en 2009, 45 millions d’euros en 2010, 65,6 millions d’euros en 2011, 272 millions d’euros en 2012.
  • 80% des revenus proviennent de l’activité internationale (127,5 millions en Europe, Moyen Orient, 67,8 millions d’euros en amérique du nord, et 31,6 millions d’euros en Asie)
  • Résultat net: 4,7 millions en 2010, 6,1 millions en 2011, 800 000 euros en 2012

9 millions de dollars en 2009, plus de 60 millions en 2010, et de 200 millions l’année dernière.

[h2]UNE LEVÉE DE FONDS TOUS LES 2 ANS[/h2]

  • 2006 : Criteo lève 3 millions pour son moteur de recommandations. Fonds : Eleia Partners, AGF Private Equity (aujourd’hui ID Invest), Index Ventures
  • 2008 : 7 millions d’euros auprès d’Eleia Partners, AGF Private Equity, Index Ventures
  • 2010 : 5 millions d’euros pour se développer sur le marché américain auprès de Bessemer Venture Partners
  • 2012 : 30 millions d’euros auprès de SoftBank Capital, Yahoo!Japon, SAP Ventures, Adams Street, Bessemer

[h2]OBJECTIF IPO[/h2]

Alors que la dernière étude Criteo Médiamétrie-Nielsen montre que 20% des internautes cliquent sur les bannières publicitaires ciblées, Criteo voit confirmée sa stratégie pour conquérir de nouveaux marchés. Un objectif aidé par les refinancements successifs, dont le dernier s’élève à 30 millions d’euros. Dernièrement, Bloomberg indiquait sur son site que la start-up française avait signé avec le cabinet JP Morgan pour mener à bien l’entrée en bourse sur le marché américain, une IPO qui aurait lieu d’ici un mois sur le NASDAQ. Elle devrait permettre à Criteo de lever 190 millions d’euros et d’atteindre une valorisation d’un milliard d’euros.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

6 thoughts on “Tout ce qu’il faut savoir sur Criteo… avant son entrée en bourse le 30 octobre”

  1. Plus de 800 collaborateurs dans le monde, 200 ingénieurs40% de l’effectif mondial dédié à la R&D
    Ce qui fait 40%*800= 320 personnes alloués à la recherche…mais que 200 ingénieurs. 
    Edit : la seule solution est que les docteurs ne soient pas comptés comme ingénieurs. Mais s’il y a 120 docteurs sur 800 salariés, ca fait de Criteo sûrement la grosse boite qui compte la plus grande proportion de docteurs au monde. Dans ce cas, vive Criteo.
    J’espère que les journalistes seront plus sérieux sur les chiffres pour l’entrée en bourse, ou en tous cas plus précis.
    Bonne chance à Criteo,  qui ouvre la voie à toute les startup Françaises !

    1. rmen Les activités de R&D sont définies  depuis 50 ans par le Manuel de Frascati https://fr.wikipedia.org/wiki/Manuel_de_Frascati 
      Tout le monde n’est pas éligible (Seulement Docteurs, Ingénieurs ou Techniciens de recherche) En Informatique, les techniciens de recherche sont plutôt rares comparés à la biologie, chimie ou aux sciences plus expérimentales…donc je pense qu’il n’y en a pas 120.
      En mettant en avant la R&D comme un atout (ce qui est le cas et une force en France notamment) il faut s’attendre à de telles remarques. 
      Mais les résultats financiers sont tellement bons que cela ne reste qu’un détail :)
      Go Criteo !

  2. Article interessant, l’idée de départ est bonne même très bonne, n’est ce pas le baba du e-commerce… et ils réussissent à la faire fructifier et a devenir une entreprise enorme et bientôt cotée en bourse. ça fait plaisir que ce soit des frenchies :)

  3. Je vais poser une question naïve : c’est parce que Criteo est une entreprise française que personne n’ose écrire ce que tout le monde pense tout haut, à savoir que le business model du retargeting de Criteo est condamné par la formidanle montée en puissance de l’ad exchange et du RTB ? 
    Et que donc Criteo est dans une course contre la montre pour faire son IPO avant que sa croissance ne ralentisse ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This