ActualitéLes levées de fondsRetail & eCommerce

Flint : la solution de e-paiement lève 6 millions de dollars

Flint,  l’application américaine qui scanne les données de cartes bancaires se renforce sur le marché des solutions de paiement en ligne

La société fondée en 2011 en Californie permet de transformer un smartphone ou une tablette en terminal de paiement par carte bleue.
En effet, Flint se distingue de son principal concurrent Square avec la possibilité pour les commerçants d’accepter des paiements par cartes de crédit selon un processus facilité et sécurisé.

Flint rappelle la société française Scanplay qui permet aussi de payer en scannant sa carte bleue avec un smartphone. On pense aussi à Card.io, autre solution de paiement par scan racheté par Paypal en juillet 2012.

Nul besoin de matériel, le système sollicite la caméra de l’appareil, qui permet de scanner la carte bancaire et d’en extraire les données. Il suffit d’aligner les chiffres de sa carte avec l’application Flint pour effectuer la transaction.

 

Flint e-paiement

La levée de fonds a été menée par Digicel, un opérateur de télécommunication mobile présent dans 31 pays. SVG Ventures y a également participé avec True Ventures et Storm Ventures, qui ont injecté 3 millions de dollars lors d’un premier round.

Flint prélève 1.95% plus 20 cents pour chaque transaction pour les cartes de débit, et 2.95% plus 20 cents par acte d’achat pour les cartes de crédit.

 

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Flint : la solution de e-paiement lève 6 millions de dollars
[French Tech 120] Comment Kovers vise les personnes non couvertes par une complémentaire santé d’entreprise
Véhicules autonomes: un bus sans conducteur circule dans le sud de l’Espagne
coinbase
Cryptomonnaies: Coinbase prépare une entrée en Bourse historique
GAFA et médias: l’accord entre l’Australie et Facebook va-t-il inspirer d’autres pays?
Blockchain : Sorare lève 40 millions d’euros auprès de Benchmark, Accel, Partech et Antoine Griezmann
5G: Ericsson veut recruter 300 personnes pour renforcer son centre de R&D en France