ActualitéAmérique du nordBusinessTransport

Uber réduit ses pertes au deuxième trimestre

  • Au deuxième trimestre, la plateforme de VTC a concédé une perte nette de 645 millions de dollars, en baisse de 9%.
  • Dans le même temps, Uber a enregistré un chiffre d’affaires ajusté de 1,75 milliard de dollars, contre 1,5 milliard de dollars au premier trimestre.
  • Cette semaine, quatre fonds d’investissement ont décidé de revoir à la baisse, entre 12% et 15%, la valeur des actions qu’ils détiennent dans la société.

 

Uber continue de perdre de l’argent, mais ses pertes diminuent. Au deuxième trimestre, la plateforme de VTC a concédé une perte nette de 645 millions de dollars, en baisse de 9%. L’entreprise américaine avait perdu 708 millions de dollars sur les trois premiers mois de l’année en cours et 991 millions de dollars au quatrième trimestre 2016. Dans le même temps, Uber a enregistré un chiffre d’affaires ajusté de 1,75 milliard de dollars, contre 1,5 milliard de dollars au premier trimestre.

L’an passé, la société californienne avait annoncé avoir subi une perte financière de 2,8 milliards de dollars, malgré un chiffre d’affaires de 6,5 milliards de dollars. Le Financial Times soulignait d’ailleurs que ces chiffres négatifs marquaient «la plus grosse perte pour une entreprise privée dans l’histoire de la Silicon Valley».

Les investisseurs revoient à la baisse la valorisation d’Uber 

L’annonce de la réduction des pertes d’Uber intervient dans un contexte délicat pour l’entreprise américaine. Cette semaine, quatre fonds d’investissement ont décidé de revoir à la baisse, entre 12% et 15%, la valeur des actions qu’ils détiennent dans la société. Pour les fonds Vanguard Group, Principal Funds et Hartford Funds, l’action d’Uber, qui se traite actuellement un peu moins de 49 dollars, vaut en réalité 15% de moins, soit 41,5 dollars. Quant au fonds T. Rowe Price Group, il a réduit sa valorisation de 12%, à 42,70 dollars l’action. Depuis sa dernière levée de fonds en juin 2016, la société est valorisée 68 milliards de dollars.

Au cours de ces derniers mois, Uber s’est retrouvé au coeur de nombreuses polémiques. Entre les mensonges autour des revenus de ses conducteurs, sa culture sexiste en interne aux État-Unis, le départ de son président Jeff Jones, l’accident d’une de ses voitures autonomes, les soupçons autour d’un espionnage économique sur les chauffeurs de Lyft, ou encore la sortie de Travis Kalanick dans un bar à escort girls à Séoul avec cinq collaborateurs en 2014, Uber est dans la tourmente. Face à cette série de scandales, Travis Kalanick a démissionné de son poste de CEO fin juin, poussé vers la sortie par la plupart des actionnaires de l’entreprise américaine. A ce jour, Uber revendique 40 millions d’usagers actifs par mois et une présence dans 632 villes à travers le monde.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This