ActualitéBusiness

Un redressement fiscal de 100 millions d’euros pour Google France ?

L’Express révèle qu’une perquisition, tenue secrète jusqu’à aujourd’hui, aurait eu lieu chez Google France en juin 2011. Réalisée par la Direction nationale d’enquêtes fiscales et les Douanes, elle aurait permis de saisir des documents attestant de TVA et d’impôt sur les sociétés non acquittés entre 2008 et 2010.

La société américaine n’aurait déclaré qu’un CA de 68.7 M€ pour 2010, soit 37 fois moins qu’au Royaume-Uni pour la même période et ce grâce à une facturation détournée en Irlande de tous les achats de liens sponsorisés dans notre pays. Un procédé qui peut être légal sous certaine conditions, mais toutes n’auraient possiblement pas été remplies par Google, ce qui pourrait dans ce cas lui coûter plus de 100 M€.

La justice française devrait donc étudier si ces facturations par le siège social irlandais ont été réalisées en conformité avec les lois françaises. En cas de condamnation de Google France, L’Express rappelle que les autres géants américains comme Apple, Amazon ou Facebook pourraient être inquiétés dans la foulée.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Ils auront les moyens de les payer, mais c’est sûr que ça ne fait jamais plaisir. D’un autre côté, pour les autres aussi à mon avis il y a du souci à se faire parce que ça m’étonnerait que Google soit le seul à oublier des trucs du style.

Bouton retour en haut de la page
Un redressement fiscal de 100 millions d’euros pour Google France ?
Boosté par les GAFAM, le fleuron français des câbles sous-marins ASN espère doubler ses revenus
Pourquoi Salty a choisi de devenir une DNVB pour se réinventer
E-commerce: Polar Analytics lève 1,2 million d’euros auprès de Frst et Kima
Post-achat: ParcelLab lève 92,5 millions d’euros auprès d’Insights Partners
Royaume-Uni: l’App Store d’Apple sous la menace d’une plainte au nom de 19,6 millions de clients
WhatsApp
WhatsApp: l’Allemagne interdit temporairement à Facebook d’utiliser les données de l’app