ActualitéEuropeStartup

Une « serre » de 17 000m2 à Valenciennes pour la création numérique

C’est un grand bâtiment moderne gris anthracite qui s’étend dans le parc des Rives Créatives de Valenciennes: la « Serre numérique » a été inaugurée jeudi 9 avril. La secrétaire d’Etat en charge du Numérique Axelle Lemaire et le créateur de Tetris, Alekseï Pajitnov, avaient fait le déplacement pour l’occasion.

Pas moins de 38 millions d’euros ont été investis pour faire sortir de terre ce site de 17 000 m². Le projet est à l’initiative de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Grand Hainaut, qui a été accompagnée financièrement par le département du Nord, l’Etat français, la région Nord Pas de Calais, l’Union européenne, Valenciennes métropole et l’Ademe.

Cet espace sera dédié aux entreprises du domaine de l’image et de la création numérique et du jeu vidéo. Il abritera à la fois un espace de 3 000 m² pour l’incubation d’entreprises, un centre de recherche appliquée et de transfert de technologies innovantes, trois écoles (Supinfocom, Supinfogame et l’ISD). Une start-up ayant besoin de locaux peut ainsi solliciter un espace de travail, modulable, de 20 à 300 m². Les projets sélectionnés pour être incubés pourront bénéficier de subventions allant jusqu’à 30 000 euros.

Pour l’instant, 16 entreprises forment l’écosystème de la « Serre numérique » dont Anarcute (développement de jeux vidéo), Byook (édition de livres numériques), We feed the troll (design et développement web)…

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Une « serre » de 17 000m2 à Valenciennes pour la création numérique
Par sécurité, Joe Biden devra-t-il renoncer à son vélo interactif Peloton?
loon
Alphabet décide d’en finir avec Loon, son projet d’accès Internet par ballons
Animal Crossing, Among Us, FIFA… : retour sur ces jeux vidéo dopés par la pandémie
Facebook: le conseil des sages va décider si Donald Trump peut revenir sur le réseau
parler
Justice: Amazon ne sera pas contraint d’héberger le réseau social Parler
Instacart se sépare de 1 900 employés dont 10 travailleurs syndiqués