ActualitéBusinessTech

Vers le lancement de Free Mobile en Belgique?

Alors que Free Mobile compte plus de 11 millions d’abonnés en France, Xavier Niel envisage de racheter les réseaux belges Base et Mobistar. 

Iliad, la maison-mère de Free, aurait des vues sur la Belgique. C’est en tout cas ce que laisse penser le propos de Xavier Niel. Dans une interview accordée au magazine belge Trends, le fondateur et vice-président d’Iliad a avoué être intéressé par les réseaux mobiles Base et Mobistar, dans l’hypothèse où leurs propriétaires (respectivement KPN et France Télécom) les mettraient en vente.

Xavier Niel considère la Belgique, pays limitrophe et francophone, comme une «extension naturelle» du réseau Free Mobile. Lancé en janvier 2012, avec son offre très agressive (forfait tout illimité pour 19,99 euros par mois), le service avait déclenché une véritable guerre des prix en France, obligeant les principaux opérateurs (Orange, SFR, Bouygues Telecom) à revoir leurs tarifs à la baisse.

Une révolution qui a largement profité à Iliad, dont le chiffre d’affaires s’élève à 907 millions d’euros au premier trimestre 2013. Au total, Free compte actuellement plus de 11 millions d’abonnées, dont 870 000 acquis au premier trimestre.

Dans ce contexte très favorable, les projets d’expansion de Xavier Niel ne sont pas une surprise. Toutefois, rien n’est encore sûr : comme le déclare Xavier Niel lui-même, «il n’y a pas d’acteur à vendre en Belgique» à l’heure actuelle.

Bouton retour en haut de la page
Vers le lancement de Free Mobile en Belgique?
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Collect, la nouvelle startup BtoB d’Alex Delivet pour vous aider dans la gestion de documents
[Série A] Sastrify lève 15 millions de dollars auprès de FirstMark Capital
Gojob, la startup qui veut revaloriser le statut de l’interim grâce à l’IA
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs