ActualitéTech

Vivendi confirme ses ambitions sur Ubisoft et s’offre plus de 15% des droits de vote

Vivendi poursuit sa conquête chez Ubisoft. Le groupe français vient de monter à 17,73% du capital de l'éditeur de jeux vidéo, selon un avis publié par l'Autorité des marchés financiers. Un niveau qui permet à la firme dirigée par Vincent Bolloré de franchir les 15% des droits de vote. Non sans conséquences : « Vivendi envisage de demander une recomposition du conseil d'administration d'Ubisoft Entertainement en vue, notamment, d'y obtenir une représentation cohérente avec sa position actionnariale », peut-on lire dans le document.

Cette information survient alors que Vivendi essaie en parallèle de monter aussi au capital de Gameloft, l'éditeur de jeux mobiles tricolore qui dispose d'un point commun avec Ubisoft : tous deux ont été créés par les frères Guillemot. En février dernier, Gameloft, qui a réalisé 256,2 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2015 pour plus de 24 millions d'euros de pertes, avait officiellement rejeté une offre publique d'achat déposée par Vivendi. Le conseil d'administration évoquait alors «l'insuffisance des termes financiers de l'offre» mais aussi «la déstabilisation des équipes de Gameloft résultant de cette offre hostile».

Stratégie de « convergence »

Fin mars, Gameloft déposait même un recours devant la Cour d’appel de Paris contre la décision de l'AMF de considérer conforme une telle opération. Pour rappel, c'est en octobre 2015 que Vivendi est

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Vivendi confirme ses ambitions sur Ubisoft et s’offre plus de 15% des droits de vote
Par sécurité, Joe Biden devra-t-il renoncer à son vélo interactif Peloton?
loon
Alphabet décide d’en finir avec Loon, son projet d’accès Internet par ballons
Animal Crossing, Among Us, FIFA… : retour sur ces jeux vidéo dopés par la pandémie
Facebook: le conseil des sages va décider si Donald Trump peut revenir sur le réseau
parler
Justice: Amazon ne sera pas contraint d’héberger le réseau social Parler
Instacart se sépare de 1 900 employés dont 10 travailleurs syndiqués