A la uneAmérique du nordBusinessStartupTech

[We Love Entrepreneurs] Ilan Abehassera (Insensi): « Les start-up de la Silicon Valley sont déconnectées de la réalité »

Après avoir revendu Producteev, sa première entreprise à Jive Software en 2012, Ilan Abehassera investira pendant deux ans dans plusieurs sociétés en tant que business angel (Sunrise, Algolia ou encore Festicket), avant de cofonder sa deuxième entreprise, Insensi. La start-up, spécialisée dans le hardware, souhaite réinventer le téléphone fixe, et en faire un nouveau moyen de communication entre générations.

Interviewé par Frenchweb à l'occasion du documentaire We Love Entrepreneurs, l'entrepreneur et investisseur expatrié aux Etats-Unis livre sa vision de l'entrepreneuriat Outre-Atlantique: «La différence entre la Silicon Valley et New-York pour une start-up est beaucoup plus grande que ce que je pensais. (…) Les boîtes qui se montent dans la vallée sont très novatrices, mais on parle très peu du business model. On est en général intéressé par les millions d'utilisateurs, et on va voir ce que ça donne. Les entrepreneurs ne sont pas proches de la réalité (…) mais c'est ce qui fait aussi que c'est dans la Silicon Valley que vont naître des boîtes comme Facebook.». 

VOIR l'interview d'Ilan Abehassera, cofondateur Insensi, réalisée par Frenchweb à l'occasion du documentaire We Love Entrepreneurs: 


 

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[We Love Entrepreneurs] Ilan Abehassera (Insensi): « Les start-up de la Silicon Valley sont déconnectées de la réalité »
IA: une startup lyonnaise dévoile un portique repérant les défauts des voitures en quelques secondes
Comment repenser les ressources humaines avec la relance et le numérique?
[#NoMatterWhat] Retail: comment s’adapter à la crise pour réussir cette fin d’année?
EdTech: Byju’s lève 300 millions de dollars auprès de BlackRock, Sands Capital et Alkeon Capital
Comment générer des recommandations sur Internet pour trouver de nouveaux clients?
Comet Meetings réalise un tour de table de 30 millions d’euros mené par la BPI et Pierre Kosciusko-Morizet
Copy link