A la uneAmérique du nordBusinessStartupTech

[We Love Entrepreneurs] Ilan Abehassera (Insensi): « Les start-up de la Silicon Valley sont déconnectées de la réalité »

Après avoir revendu Producteev, sa première entreprise à Jive Software en 2012, Ilan Abehassera investira pendant deux ans dans plusieurs sociétés en tant que business angel (Sunrise, Algolia ou encore Festicket), avant de cofonder sa deuxième entreprise, Insensi. La start-up, spécialisée dans le hardware, souhaite réinventer le téléphone fixe, et en faire un nouveau moyen de communication entre générations.

Interviewé par Frenchweb à l'occasion du documentaire We Love Entrepreneurs, l'entrepreneur et investisseur expatrié aux Etats-Unis livre sa vision de l'entrepreneuriat Outre-Atlantique: «La différence entre la Silicon Valley et New-York pour une start-up est beaucoup plus grande que ce que je pensais. (…) Les boîtes qui se montent dans la vallée sont très novatrices, mais on parle très peu du business model. On est en général intéressé par les millions d'utilisateurs, et on va voir ce que ça donne. Les entrepreneurs ne sont pas proches de la réalité (…) mais c'est ce qui fait aussi que c'est dans la Silicon Valley que vont naître des boîtes comme Facebook.». 

VOIR l'interview d'Ilan Abehassera, cofondateur Insensi, réalisée par Frenchweb à l'occasion du documentaire We Love Entrepreneurs: 


 

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
[We Love Entrepreneurs] Ilan Abehassera (Insensi): « Les start-up de la Silicon Valley sont déconnectées de la réalité »
Ludovic Le Moan (Sigfox): «Personne ne parlait de bas débit avant nous, les autres sont venus par opportunisme»
Pourquoi 1Password boucle une première levée de 200 millions de dollars après 14 ans d’existence
L’Asie et les États-Unis à la pointe des FinTech en 2019
2019, une bonne année pour Bouygues Telecom
Amazon
Contrat cloud JEDI: Amazon conteste l’objectivité du choix de Microsoft par le Pentagone
En 9 mois, Orange Bank creuse ses pertes de 115 millions d’euros
Copy link