A la uneActualité Start Me UpInvestissementsLes levées de fondsManagementMarketing & CommunicationStart Me Up

Wizbii lève 800 000 euros pour pousser les étudiants à bâtir leur réseau professionnel

Le réseau social pour les étudiants veut pousser les jeunes à entretenir leur culture du réseau pour favoriser l’emploi et l’entrepreneuriat.

Le réseau social professionnel pour étudiants et jeunes diplômés lancé en 2011 annonce un tour de table de 800 000 euros auprès de la Banque Populaire et de business angels grenoblois, de la BPI ( via Oseo) et de l’entrepreneur Olivier Heckmann, co-fondateur de Multimania et Kewego, de Véronique Di Benedetto, Directrice Générale du groupe Econocom, et de Vincent Gentil, Directeur Général de Leroy Merlin Russie.

C’est la deuxième levée de fonds pour Wizbii qui avait levé plus de 300 000 euros il y a deux ans.

Wizbii développe par ailleurs un site qui fédère plus de 600 écoles, il permet à plus de 50 000 jeunes de se connecter en réseau, de trouver un emploi ou un contrat en alternance par exemple. La plateforme, qui développe une solution de chat, lance une nouvelle fonctionnalité (« Carrière »), censée favoriser le matching des profils, à la manière d’un LinkedIn ou d’un Viadeo.

Les détails avec Benjamin Ducousso, co-fondateur de Wizbii.

 

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Wizbii lève 800 000 euros pour pousser les étudiants à bâtir leur réseau professionnel
Live shopping: NTWRK lève 50 millions de dollars auprès de Goldman Sachs et du groupe de luxe français Kering
FoodTech: Flink valorisé à 2,1 milliards de dollars après un tour de table mené par DoorDash
E-commerce: DataHawk lève 6 millions d’euros pour accompagner les revendeurs Amazon dans leur activité
HR Tech: l’Allemand CoachHub rachète la startup française de coaching professionnel MoovOne
Vestiaire Collective lève 178 millions d’euros auprès de SoftBank, pour une valorisation à 1,45 milliard
Rencontre avec l’un des premiers investisseurs de la startup française qui valait 3 milliards