ActualitéEtudesEurope

15 années qui ont profondément transformé l’industrie de la musique

Le marché de la musique s’est considérablement atomisé, d’une part à cause du téléchargement illégal («peer-to-peer») mais aussi grace à l’emergence des plateformes de musique en streaming (Spotify, Deezer, SoundCloud…). Depuis 1999 jusqu’à aujourd’hui, les revenus de l’industrie de la musique ont presque été divisés par deux en quinze ans; de 28,6 milliards de dollars en 1999 à 15 milliards en 2013.

Lire aussi : Simon Baldeyrou, DG France de Deezer: «Le marché était uniforme, nous voulons bousculer le modèle établi»

En 1999, c’est la plateforme Napster qui fait figure de pionnier dans la musique digitale. Ayant favorisé le partage de musique entre utilisateurs, les consommateurs se sont habitués depuis à la «free music» ce qui porta un coup en plein coeur à l’économie musicale.

C’est iTunes en 2003 qui lance en premier le téléchargement payant des morceaux via leur plateforme. YouTube a ensuite enclenché le pas en se positionnant comme bibliothèque vidéo et musique. Enfin, c’est l’actuel géant suédois Spotify et son homologue français Deezer qui ont véritablement révolutionné le marché de la musique en ligne. En effet, depuis 2004, les revenues de la musique en ligne sont passé d’1,5 milliard de dollars à pratiquement 6 milliards en 2013.

Et la France ?

L’Hexagone arrive en 5ème position des pays consommant le plus de musique, derrière les Etats-Unis, le Japon, l’Allemagne et l’Angleterre.

Adobe

Nicolas Bannier

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

2 thoughts on “15 années qui ont profondément transformé l’industrie de la musique”

  1. Le seul gros changement préjudiciable pour les majors, c’est le marché des singles, concurrencé violemment par Vevo, Youtube, Spotify and co. Mais bon c’est comme pour tout (les taxis, les artisans, les opérateurs mobiles, etc), on vit dans un monde où il faut savoir s’adapter en permanence et pas juste jeter la pierre au voisin.

    Et il ne faut surtout pas éluder le fait que d »un point de vue consommateur en 15 ans, la qualité musicale / la créativité artistique a fondu comme neige au soleil, et que le prix d’un cd a augmenté de 50% voire plus (21 euros en moyenne pour 10 titres et une pochette, rentabilité vous avez dit ?).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This