ActualitéInvestissementsLes levées de fonds

[3 questions à] Benjamin Chemla: « Olivier Mathiot de PriceMinister vient s’ajouter au pool d’investisseurs de CityCake »

Macarons, cupcakes, muffins… Lancée en juin 2012, la start-up CityCake propose de commander en quelques clics une ribambelle de mignardises auprès d’une fine sélection d’artisans de la région parisienne. Imaginée par Benjamin Chemla (ex-avocat) et Ralph Guyot Jeannin (ex-banquier), Citiycake a récemment finalisé une première levée de fonds d’amorçage. Dans l’optique de s’entourer d’un pool d’investisseurs avertis, la jeune pousse a volontairement laissé la souscription ouverte un peu plus longtemps et vient donc d’accueillir un dernier actionnaire.

Les détails de cette opération avec Benjamin Chemla.

[FW] CityCake compte parmi ses nouveaux actionnaires un grand nom du e-commerce français…

Benjamin Chemla: « Oui, Olivier Mathiot, le co-fondateur de PriceMinister vient de s’ajouter à notre pool d’investisseurs. Olivier ne communique pas sur le montant précis de son ticket mais cela porte le montant total des fonds levés à 400 000 euros. Au-delà de lever des fonds, l’idée était vraiment de s’entourer de différentes personnalités pour nous accompagner et contribuer à notre développement. Outre quelques business angels du réseau Investessor, nous comptons donc Bernard Vincent, le dirigeant d’Oracle France, pour l’aspect technique, Natanel Wright du Wall Street Institute pour les relations BtoB, Daniel Bloch de l’agence de publicité indépendante Dufresne Corrigan Scarlett ou encore le leveur de fonds Philippe Fraysse de Tes-cia et Capival. Il nous manquait un spécialiste du e-commerce. C’est désormais chose faite. »

[FW] Quel est l’objectif de cette levée de fonds ?

Benjamin Chemla: « Nous avons lancé le site en version beta il y a un an. L’idée était de voir s’il y avait un marché. Nous nous sommes aperçus qu’il y avait bien un marché mais aussi que notre service nécessitait des outils techniques beaucoup plus avancés. L’objectif de cette augmentation de capital est donc d’étoffer nos équipes et notamment de recruter des profils techniques pour répondre aux besoins des professionnels. L’idée est d’automatiser la transmission et la gestion des commandes, de promettre une livraison en 3 heures mais aussi de développer un service drive. Les utilisateurs pourront ainsi passer une commande en ligne pour pré-acheter les pâtisseries désirées. Les fonds levés seront également alloués au service client, à la prise de photos ainsi qu’à différentes opérations d’acquisition clients. »

[FW] Aujourd’hui, l’activité de CityCake se concentre surtout sur la région parisienne. Envisagez-vous un développement géographique ?

Benjamin Chemla: « Effectivement aujourd’hui notre activité se fait essentiellement sur Paris où nous comptons 25 partenaires. Un nombre qui grimpera à 40 en septembre 2013 et nous comptons passer la barre des 80 artisans partenaires en janvier 2015. L’objectif n’est pas d’être exhaustif mais de proposer une vraie sélection. Dans un premier temps, nous souhaitons vraiment consolider notre activité sur Paris avant de s’étendre à d’autres villes. Il s’agit, d’autant plus, d’un marché très riche. L’idée est de devenir la solution e-business des pâtissiers parisiens. Nous envisagerons fin 2013 un développement géographique et nous privilégierons sans doute des villes comme Londres ou Bruxelles plutôt que d’autres agglomérations françaises plus petites. Côté chiffre d’affaires, nous tablons sur 300 000 euros pour l’exercice 2013 et 1,1 million d’euros pour l’année 2014. »

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[3 questions à] Benjamin Chemla: « Olivier Mathiot de PriceMinister vient s’ajouter au pool d’investisseurs de CityCake »
Voyage: les résultats trimestriels d’Expedia frappés de plein fouet par la pandémie
Jeux vidéo: les résultats trimestriels d’Electronic Arts dépassent les attentes
La Silicon Valley résiste à la pandémie, affichant des profits insolents
Lutte contre les infox : le CSA demande plus d’efficacité et de transparence aux réseaux sociaux
Coronavirus : Orange limite la casse au premier semestre
Kiosques en ligne : Cafeyn s’offre le Néerlandais Blendle pour devenir un champion européen
Copy link