A la uneActualitéCES

5 start-up françaises de l’IoT qui vont séduire au CES

Cette année, avec 190 start-up françaises, les tricolores représentent 30% de la sélection totale de jeune-pousses. Parmi elles, dans l'Eurêka Park, pas moins de 73 appartiennent au secteur de l'IoT. Voici la sélection Frenchweb, parmi un grand nombre d'autres projets prometteurs en matière d'objets connectés.

[tabs] [tab title= « Novathings »]

Helixee, le boîtier qui veut protéger les données personnelles

helixee-novathingsLes internautes sont de plus en plus sensibles quant à la protection de leurs données personnelles. C'est sur ce créneau que se positionne la start-up Novathings qui développe Helixee, un objet connecté qui propose de sauvegarder automatiquement le contenus présents sur les différents appareils d'un même utilisateur (smartphone, tablette…). Les données sont enregistrées dans un format crypté afin de garantir une meilleure sécurité.

Une interface permet également aux utilisateurs qui le souhaitent d'accéder à distance à leurs données sauvergardées sur leur Helixee et d'autoriser le partage de fichiers avec les personnes souhaitées. Prix d'appel : 129 euros sans disque dur associé, ou 199 euros avec 1 To.

[/tab]

[/tabs]

[tabs] [tab title= « Kiwi Box »]

Kiwi Box mulitplie les rechargement de smartphone

kiwi-box

Face à la difficulté de trouver des prises pour recharger un smartphone dans un lieu public, Kiwi Box propose une borne de recharge qui peut, à partir d'une seule prise d'électricité, accueillir jusqu'à 6 smartphones. Celle-ci est universelle de sorte à pouvoir fonctionner avec toutes les marques de téléphones.

La société veut cependant aller plus loin avec des offres de drive-to-store. «La Kiwi Box est un média interactif à travers des campagnes de marketing géo-localisées (drive to web : notifications push, mini site, Play Store, ecouponning, vidéo…)», explique l'entreprise sur son site Internet. Commercialisé à partir de 89 euros, le boîtier peut être personnalisé avec le logo d'une entreprise.

[/tab]

[/tabs]

[tabs]

[tab title= « Abeeway « ]

Abeeway, tout retrouver les yeux fermés et instantanément

Créée par Florian Sforza et Mickael Gunais en avril 2014, Abeeway est propriétaire d'une technologie permettant de localiser les objets et personnes, sans devoir recharger la batterie et sans limite de distance entre la balise et l’utilisateur. Concrètement, le produit se présente sous la forme d'une balise de 6cm, à attacher comme un porte-clés. Capable de s'allumer ou d'émettre un son, il permet d'établir différents points de géolocalisation pour une cible B2C mais aussi B2B. Ces petits objets ont «jusqu'à un an d'autonomie.» 

«Les utilisations sont très variées et peuvent aller de la géolocalisation de personnes dans les stations de ski, parcs d’attraction, maisons de retaite et centres mais aussi d’animaux : qu’ils soient de compagnie, de chasse… Il peut également s’agir de la géolocalisation d’objets dans le secteur industriel (aide logistique, système de traçabilité…), agricole, des assurances (protection contre le vol) et de la location (vélos, bateaux…)», explique la société basée à Meylan.

La start-up grenobloise a réalisé une première levée de fonds de 140 000 euros en 2014. C'est sa deuxième participation au CES de las Vegas. 

[/tab]

[/tabs]

[tabs]

[tabs] [tab title= « The Airboard »]

L'IoT pour tous!

The Airboard est un produit de l'industrie de demain. Créée par le Grenoblois Olivier Ménard, cette micro-carte et plateforme entendent conquérir l'ensemble du marché des objets connectés. The Airboard veut être capable de se brancher sur tous les objets et s'est rendu pour cela compatgable avec le wireless, la technologie Bluetooth ou encore le réseau bas débit. En communicant avec les objets, l'échange de données est l'un de ses axes de développement. Pour se financer The Airboard, la société grenobloise a réalisé une campagne de crowdfunding sur Kickstarter début 2015, grâce à laquelle elle a engrangé plus de 65 000 dollars.  

 

 

[/tab]

[/tabs]

[tabs]

[tab title= « Digitsole »]

Digitsole, la chaussure intelligente

DIGITSOLE SMARTSHOELa chaussure connectée de demain viendra-t-elle de l'Est de la France, de Nancy? Proche du principe des chaussure de Marty Mc Fly, l'objet va en tout cas séduire le public de Las Vegas. C'est sa deuxième participation au CES. L'an passée, elle était venue avec le concept de semelles chauffante et connectée. A distance, et à l'aide du smartphone, il est possible de régler la température. En 2014, elle avait récolté un total de plus de 110 000 euros suite à deux campgnes de crowdfunding. 

A l'origine de l'aventure l'Algérien Karim Oumnia, fondateur de la société nancéienne Glagla International (rebatpisée depuis), et que Frenchweb avait interrogé. Pour le CES 2016, la start-up ne met plus seulement en avant une semelle connectée, mais une chaussure entière: la Smartshoe qui «rend le laçage automatique presque obsolète», indique-t-elle. Ce nouveau modèle doit être commercialisé à l'automne 2016 à un prix de départ de 450 euros en Europe, Amérique du Nord et Asie.  

Outre son système de chauffe intégré, cette année de recherche a donné le temps à Digitsole d'intégrer: «différents capteurs pour suivre et mesurer l'activité physique de l'utilisateur, un système d'ouverture et de fermeture automatique, un suivi de l'usure de l'amorti, et une lampe-torche intégrée». De quoi éblouir les investisseurs américains?

 

[/tab]

[/tabs]

Lire aussi: 

CES 2016: Premiers constats et grandes tendances

Les 10 chiffres à connaître sur le CES 2016

La French Tech au CES: Comment les start-up françaises se sont préparées

CES Las vegas: «A notre échelle, c’est un peu comme un voyage sur la Lune»

[tabs] [tab title= »Le Frenchweb Day IoT »]

En ce moment profitez du tarif Early Bird.

Pour participer à l'événement, cliquez ici.

Pour voir la page dédiée à l'événement, cliquez ici.

Cet événement est gratuit pour les membres du club Frenchweb.

[/tab][/tabs]

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

1 thought on “5 start-up françaises de l’IoT qui vont séduire au CES”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This