ActualitéArts et CultureEuropeTech

7,5 millions d’euros pour booster EasyVista à l’international

  • EasyVista est un éditeur de solutions d'IT Management
  • EasyVista a réalisé sur l’exercice 2015 un chiffre d’affaires de 20,2 millions d’euros
  • Créé en 1988 par Sylvain Gauthier et Jamal Labed à Noisy le Grand, la société s'appelait Staff & Line
  • La société est aujourd'hui basé à Noisy le Grand et New-York
  • EasyVista compte plus de 6 millions d’utilisateurs de ses offres SaaS dans le monde.

 

EasyVista , coté sur Euronext, annonce un investissement de 7,5 millions provenant d'Isatis Développement 3, Conversion Funding LLC, Isatis Capital et Alto Invest, sous forme d'obligations convertibles. EasyVista a démarré son développement international en 2005 tout d'abord en Europe puis aux Etats Unis. 

Easy Vista fourni des solutions IT en Saas afin d'automatiser et personnaliser la fourniture de services pour les employés et autres utilisateurs finaux, avec une approche mobile first.

Sylvain Gauthier, Président-Directeur Général d’EasyVista se déclare fier de ce placement « qui démontre la confiance des investisseurs dans la stratégie de développement d’EasyVista », stratégie désormais centrée sur des solutions mobile first en Saas. Jamal Labed, Directeur Général d’EasyVista rajoute : « Avec ces moyens accrus, nous allons soutenir le développement du Groupe dans les prochaines années en particulier sur les investissements marketing et le développement commercial en Amérique du Nord ».

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
7,5 millions d’euros pour booster EasyVista à l’international
Comment les logiciels révolutionnent l’industrie automobile
IBM France: tentative d’invasion numérique par des salariés en « télégrève »
Wirecard : après le scandale, la FinTech allemande vend ses activités asiatiques
Seven Senders
E-commerce: 32 millions d’euros pour la startup de livraison Seven Senders
Aux États-Unis, les géants de la Tech se veulent conciliants avec Joe Biden
BNP Paribas et le Crédit Mutuel s’associent dans la télésurveillance