A la uneActualité Start Me UpBusinessRetail & eCommerceStart Me UpTV

A 17 ans, au lycée, Anthony Debrant veut faire de SneakMart la marketplace des sneakers

Vendues plusieurs centaines d'euros, les Sneakers, ces baskets «hype», sont les nouvelles stars du e-commerce. A 17 ans, Anthony Debrant a créé avec son père Sneakmart, une place de marché pour l'achat et la revente de ces baskets d'occasion tendances. Si pour les fabricants les sneakers jouent le rôle d'emblème de marque, pour les consommateurs, elle sont vues comme un objet collector. On leur consacre même des classements annuels. Le marché est, lui, estimé à 1 milliard de dollars.

Le jeune Français revendique une vingtaine de marques vendues par des particuliers sur sa plateforme, sur des modèles des grandes marques telles Nike, Adidas, New Balance, Reebok… Sur ces ventes, Web et mobile, le site prélève une commission.

Anthony Debrant devra toutefois se faire une place parmi les places de marché spécialisées qui ont vu le jour (StockX, KLekt, Kixify). Mais aussi face aux pure players installés tels Asos, Zalando, les retailers (Citadium), ou encore les pure players spécialisés dans l'occasion (Vestiaire Collective, Vide-dressing). Le lycéen a toutefois une ambition internationale pour la plateforme. Les statuts de la société ont été déposés aux Etats-Unis.

Fondateur: Anthoy Debrant

Siège Paris:

Date de création: 2016

Effectifs: 2

Levée de fonds: Love money

 

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
A 17 ans, au lycée, Anthony Debrant veut faire de SneakMart la marketplace des sneakers
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link