ActualitéBusinessComTech

Adblock Plus ouvre une marketplace et promet de reverser «80%» aux éditeurs

  • Adblock Plus lance une marketplace pour vendre des espaces publicitaires aux annonceurs.
     
  • Cette plateforme succède à la «liste blanche», dispositif opaque avec lequel Eyeo, la société allemande qui édite le logiciel, nouait des accords confidentiels avec de grands groupes américains.
     
  • Adblock Plus compte plus de 100 millions d'utilisateurs dans le monde.
     
  • 83% des internautes français déclarent être «irrités» par la publicité online, selon une étude de l'Institut CSA.
     
  • 24% des internautes de l'Hexagone ont installé un Adblocker sur au moins un ordinateur du foyer, selon une étude l'Institut CSA.

 

Après la phase de la «liste blanche», Eyeo, société éditrice de la solution Adblock Plus, entre dans sa phase expérimentale. Pour tirer un revenu de cette liste qui fait passer entre les mailles du bloqueur certaines publicités dites «acceptables», Eyo a annoncé le lancement de sa propre marketplace de publicités. Avec elle, les blogs et les sites éditeurs peuvent désormais acheter des espaces publicitaires.

Ces publicités jugées «peu intrusives» s'afficheront en lieu et place des annonces qui étaient jusque-là bloquées par le logiciel utilisé par plus de 100 millions de personnes dans le monde. Les publicités considérées comme petites, plus subtiles et moins désagréables pour les utilisateurs d'Adblock Plus remplaceront alors les annonces jugées trop grosses et trop intrusives. Pour l'heure, la marketplace est seulement disponible en version bêta, avant un lancement de la version complète plus tard dans l'année.

La marketplace succède à la «liste blanche»

L'initiative d'Eyeo résulte davantage d'un coup longuement préparé que d'un coup d'éclat. Jusqu'à maintenant, la société allemande nouait des accords confidentiels, jugés opaques par beaucoup, avec des sites placés sur une «liste blanche». Ainsi, Eyeo passait des accords avec les principaux acteurs américains, Google, Microsoft, ou encore Amazon, selon le Financial Times. Ce système permettait à l'entreprise allemande de prélever jusqu'à 30% des revenus publicitaires générés par le déblocage. Le lancement d'une marketplace auprès des annonceurs vient donc officialiser ce processus.

Accusée de racket par les éditeurs de presse à cause de cette «liste blanche», Eyo promet cette fois que 80% des revenus issus des publicités visibles sur Adblock Plus iront dans leur poche. Quant aux 20% restants, ils seront partagés entre les acteurs impliqués dans les annonces et Adblock Plus, qui recevra une commission de 6% sur les recettes totales. D’ici à ce que la société implantée à Cologne, en Allemagne, développe sa propre technologie programmatique, il n’y a qu’un pas. En somme, du bloqueur de publicités à la régie digitale.

Revoir le débat avec Kai Recke (Adblock Plus / Eyeo) et Cyril Zimmerman (Hi Media Group) sur les impacts des Adblocks sur l’économie des médias, réalisé par Frenchweb en mars 2015 :

Lire aussi : AdBlock Plus : «Nous ne menons pas une croisade anti-publicités»

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

1 thought on “Adblock Plus ouvre une marketplace et promet de reverser «80%» aux éditeurs”

  1. Hello,
    Pour bien comprendre les petites subtilités, il faut savoir qu’il y a dans les préférences/options de AB+ une petite case à cocher : « Autoriser certaines publicités non intrusives ».

    Celle-ci est, si je ne m’abuse, cochée par défaut, donc même si les geeks, les gens avertis ou les motivés par une vraie désintoxication la décochent dès l’installation, beaucoup ne s’en soucient certainement pas, donc les pubs que AB+ dit « non intrusives » passent. [Je n’en ai jamais vues, puisque perso si j’installe un bloqueur, ce n’est pas pour qu’il s’arroge le droit de décider ce qui est bon ou pas pour moi, c’est pour qu’il bloque, bref… ]
    Toutefois, il faut savoir que c’est souvent les jeunes qui installent à leurs ainés les bloqueurs (entre autres), et je doute que ces préconisateurs soient des benêts, donc le % de cases cochées ou pas est intéressant, même si on ne le connait pas/
    [Au passage, ça veut aussi dire que cet article omet entièrement l’essentiel : si la case est décochée, il y a 0 pub permise, et tout les deals passés avec les éditeurs n’ont pas d’intérêt, puisque réduits à néant sur les postes des utilisateurs]

    Maintenant le coup de la marketplace, c’est le coup de poker en fait : l’utilisateur – qui sera de plus en plus « averti » – va-t-il accepter cette compromission majeure, ou va-t-il simplement migrer naturellement vers un bloqueur strict qui fait comme Adblock à ses débuts, à savoir bloquer toutes les pubs sans faire des accords dans le dos des internautes ?
    Ce serait un sacré coup de théâtre, assimilable dans un autre domaine à la migration MySpace > FB.
    Si c’est le cas, ces internautes déserteront AB+ pour rejoindre là ou les geeks sont déjà (oui, ces derniers vont plus vite et sont plus radicaux, une liste blanche ou une case opt-out ne passe pas comme ça), à savoir uBlock Origin ?
    https://addons.mozilla.org/fr/firefox/addon/ublock-origin/?src=api

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This