BusinessDecode BusinessInvestissementsLes levées de fondsMarketing & CommunicationMediaStartupTV

AdTech : Pubstack lève 2 millions d’euros pour aider les éditeurs à résister à Google et Facebook

Interview de Loïc Sfiligoi, co-fondateur de Pubstack

L’an passé, Google et Facebook ont capté près d’un quart du marché publicitaire mondial, avec une part de 144,6 milliards de dollars. Et si l’on s’intéresse uniquement au marché de la publicité digitale, le duopole américain a aspiré 56,4% des dépenses du secteur, et sa part devrait atteindre 61,4% en 2019, selon une étude réalisée par Warc. 

Face à une telle domination des plateformes détenues par les GAFA, la plupart des médias digitaux se retrouvent dans une situation périlleuse. En effet, ces derniers n’ont d’autre choix que de travailler avec Google ou Facebook pour générer du trafic, mais avec leur poids croissant, rester indépendant devient de plus en plus compliqué. 

Xavier Niel et le co-fondateur de Criteo parmi les investisseurs 

Face à cette équation délicate, la start-up parisienne Pubstack a vu le jour en septembre 2018 pour aider les médias digitaux à améliorer leurs performances publicitaires. La société annonce aujourd’hui un tour de table de 2 millions d’euros auprès de Kima Ventures, le fonds de Xavier Niel dirigé par Jean de La Rochebrochard, et Go Capital. Bpifrance et des business Angels, à l’image de Romain Niccoli, co-fondateur de Criteo, et Alexei Chemenda, CRO d’Adikteev, ont également participé à l’opération.

Fondée par Loïc Sfiligoi et Guillaume Polaert, Pubstack développe une plateforme permettant de collecter l’ensemble des données qui peuvent impacter les revenus publicitaires des éditeurs. Une fois ces données récoltées, elles sont restituées aux médias digitaux sous la forme de KPI dans un tableau de bord pour leur permettre de prendre des décisions plus éclairées, et ainsi tirer leur épingle du jeu sur le marché de la publicité programmatique, qui repose sur la vente et l’achat d’espaces publicitaires en ligne réalisés de façon automatisée. Parmi ses clients, la société compte notamment Webedia, M6 et The Moneytizer.

Pubstack cible un marché à 2 milliards d’euros en 2022 

Selon Loïc Sfiligoi, co-fondateur de Pubstack, la publicité programmatique représentera «80% du business model des médias en 2022». Sauf que la transition vers ce modèle ne se fait pas sans douleur puisqu’elle s’accompagne de l’arrivée de nouvelles technologies et de nouveaux formats qui compliquent la tâche des médias digitaux. «Aujourd’hui, les médias en ligne perdent entre 40% et 70% de leurs revenus publicitaires à cause de cette complexité opérationnelle», indique Loïc Sfiligoi.

Le marché de la publicité digitale, hors Google et Facebook, devrait représenter 122 milliards d’euros à l’horizon 2022, avec une croissance de 70% en l’espace de quatre ans. Dans ce secteur, Pubstack se positionne sur le segment du monitoring publicitaire que la société française estime à 2 milliards d’euros d’ici trois ans. Sur un marché de l’AdTech en pleine mutation, l’entreprise entend s’appuyer sur ce financement de 2 millions d’euros pour développer de nouvelles fonctionnalisés, renforcer ses équipes de R&D et accélérer son développement à l’international. La jeune pousse se fixe pour objectif de réaliser 30% de son chiffre d’affaires en Europe cette année. 

Pubstack : les données clés

Fondateurs : Loïc Sfiligoi et Guillaume Polaert
Création : 2018
Siège social : Paris
Activité : plateforme pour optimiser les revenus publicitaires des éditeurs
Effectifs : 8 collaborateurs
Financement : 2 millions d’euros en juillet 2019

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
AdTech : Pubstack lève 2 millions d’euros pour aider les éditeurs à résister à Google et Facebook
4 millions pour Foodvisor, l’application qui prend en photo votre assiette pour améliorer votre alimentation
Inside Cardiologs : comment l’IA peut faciliter le quotidien des cardiologues
Ludovic Le Moan (Sigfox): «Personne ne parlait de bas débit avant nous, les autres sont venus par opportunisme»
Pourquoi 1Password boucle une première levée de 200 millions de dollars après 14 ans d’existence
L’Asie et les États-Unis à la pointe des FinTech en 2019
2019, une bonne année pour Bouygues Telecom
Share via
Copy link