A la uneBusinessEurope

Agorize challenge les innovateurs en Chine

Le «Digital winner» est une entreprise qui, entre autres critères, a mis en place des stratégies et des programmes efficaces pour recruter et former les talents, d'après une étude. Mais toutes les entreprises, n'ont pas encore sauté le pas. Ce retard, Agorize (ex Studyka), a choisi de l'exploiter en proposant aux grands groupes de faire avancer leurs projets en sollicitant des «communautés extérieures à forte valeur ajoutée». Etudiants, développeurs, jeunes diplômés, ils répondent aux «challenges» via une plateforme éditée pour l'entreprise. 

En 2014, la société levait 2 millions d'euros auprès d'Iris Capital et Capnamic Ventures. Elle commercialise sa plateforme Saas en marque blanche. Vinci, Seb, Decathlon, la SNCF sont clients, parmi 200 challenges organisés qui donnent accès à «une communauté de 5 millions d'innovateurs». Parmi eux, de potentiels nouvelles recrues après avoir été testé sur des missions spécifiques. 

Depuis cinq mois, Agorize a installé un bureau à Hong Kong pour chasser les grands groupes français et étrangers installés dans la métropole chinoise. 

Fondateurs: Charles Thou, Yohann Melamed, Yohan Attal

Siège: Paris (San Francisco, Stuttgart, Hong Kong)

Date de création: 2010

Effectifs: 
45

>>> REVOIR : La semaine spéciale Chine

Ne me parlez plus d’open innovation!

Quand les grands groupes montent leur usine à start-up

Tags

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Agorize challenge les innovateurs en Chine
IA: une startup lyonnaise dévoile un portique repérant les défauts des voitures en quelques secondes
Comment repenser les ressources humaines avec la relance et le numérique?
[#NoMatterWhat] Retail: comment s’adapter à la crise pour réussir cette fin d’année?
EdTech: Byju’s lève 300 millions de dollars auprès de BlackRock, Sands Capital et Alkeon Capital
Comment générer des recommandations sur Internet pour trouver de nouveaux clients?
Comet Meetings réalise un tour de table de 30 millions d’euros mené par la BPI et Pierre Kosciusko-Morizet
Copy link