Actualité

Amazon compterait 20 millions de membres premium

Un million de membres aurait adhéré dans la troisième semaine de décembre 2013.

Le géant du e-commerce a indiqué hier avoir 20 millions de membres à son service Premium dans le monde. Dans un communiqué, la firme de Jeff Bezos précise par ailleurs que « plus d’un million de clients dans le monde sont devenus des clients Premium dans la troisième semaine de décembre », la période des fêtes de fin d’année.

Le service Premium permet, aux Etats-Unis, d’être livré gratuitement en deux jours toute l’année, et en France, la livraison est possible en 1 jour. L’expédition rapide est en effet le cheval de bataille d’Amazon, qui multiplie les implantations de centres de livraison au plus près du client final, à commencer par les clients au service payant.

Le service payant d’Amazon (49 euros/an en France), permet en outre d’avoir accès à au service de streaming video d’Amazon, un équivalent de Netflix.

 

 

Tags

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

4 commentaires

  1. frenchweb Le communiqué ne parle pas de 20M mais indique : « we now have tens of millions of members worldwide » #dizaines #amazon #prime

  2. frenchweb Et en novembre Sanford C. Bernstein estimait plutôt les membres Prine à 35/40 M à travers le monde (20/25M US + 15M Inter.)

  3. frenchweb sauf que beaucoup se font avoir comme moi par les 30 jours gratuits qu’on oublie de résilier. Et c’est parti pour un an à 49€.

  4. frenchweb: #Amazon compterait 20 millions de membres en France (49 €/an ) résolution 2014 arrêter d’enrichir Oncle Sam #ecommerce #Citoyen

Amazon compterait 20 millions de membres premium
À Milan, des défilés virtuels pour la Fashion Week
Covid-19: Google Maps repère et cartographie les zones d’infection
WeWork réduit la voilure en Chine
FinTech: la banque publique russe Sberbank entérine sa transformation en géant de la Tech
Podcasts : La voix est-elle le nouveau graal des médias numériques ?
YouTube
Face au boycott, Facebook, Twitter et YouTube acceptent de réguler les contenus nocifs
Copy link