ActualitéBusinessRetail & eCommerceTransport

Amazon va soutenir la création d’entreprises pour renforcer sa logistique

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Amazon continue de poser des briques pour améliorer son réseau de logistique. Le géant américain du commerce en ligne a annoncé un programme, baptisé «Delivery Service Partners», pour aider à la création d’entreprises dans le secteur de la logistique aux États-Unis. Cette initiative de la firme de Jeff Bezos n’est évidemment pas innocente puisqu’elle vise à décupler la puissance d’Amazon pour effectuer ses livraisons dans les meilleurs délais.

Si Amazon a la main sur l’ensemble de sa chaîne de production, la marketplace reste cependant encore fébrile sur le maillon final : la livraison. Il s’agit d’ailleurs de la première raison pour laquelle les e-commerçants perdent des clients. Jusqu’à cette année, les livraisons d’Amazon étaient surtout l’apanage des transporteurs UPS et FedEx. Pour réduire sa dépendance aux géants de la logistique, Amazon mise donc sur des entrepreneurs dévoués qui se mettraient à son service.

10 000 dollars pour démarrer 

S’ils se tournent vers le mastodonte de Seattle, les entrepreneurs bénéficieront d’un capital de départ de 10 000 dollars pour créer leur société et de plusieurs services (location de véhicules, réductions sur l’essence, conseils d’Amazon pour gagner en productivité…). Pour optimiser leurs tournées, les livreurs disposeront d’une application qui les aidera à organiser leurs journées, en fonction des colis prioritaires et des adresses de livraison.

Avec ce dispositif, les entrepreneurs encadrés par Amazon pourront ainsi créer et gérer leur propre service de livraison local. Le géant américain promet que les entrepreneurs qui tirent profit de ce programme pourront gagner jusqu’à 300 000 dollars par an. Les entreprises nouvellement créées auront l’opportunité d’exploiter jusqu’à 40 fourgons de livraison arborant le logo Prime. Toutefois, les entrepreneurs n’auront pas le statut d’employé d’Amazon. Ils auront d’ailleurs la possibilité de livrer des colis envoyés par des entreprises tierces, à condition de ne pas utiliser les camionnettes d’Amazon, ce qui risque de donner quelques sueurs froides aux géants de la logistique comme FedEx, UPS ou DHL.

Les livraisons de colis bientôt traitées totalement en interne ?

Ce nouveau programme fait écho au service Flex, lancé en 2015, qui propose de payer des livreurs à la tâche sur des créneaux de deux, quatre ou huit heures. Complémentaires, les deux services visent à donner à Amazon, qui compte plus de 100 millions d’abonnés pour son service Prime, une longueur d’avance pour s’imposer sur le segment du denier kilomètre et réduire ses coûts de livraison.

Cette année, Amazon a également lancé son propre service de livraison. Baptisé «Shipping with Amazon», il permet à la marketplace d’optimiser son processus de gestion des stocks en fournissant davantage de renseignements sur certaines parties de sa chaîne d’approvisionnement qui étaient auparavant opaques dans la mesure où celles-ci n’étaient pas sous contrôle direct d’Amazon. Ce service donne également à la firme américaine la possibilité de réduire ses délais de livraison, notamment pour ses clients Prime, et d’assurer l’intégralité de ses livraisons lors de périodes critiques, comme Noël ou le Black Friday.

Pour l’heure, il s’agit essentiellement pour Amazon de compléter les capacités d’UPS et de FedEx, mais à terme, la marketplace américaine pourrait disposer de son propre réseau de logistique complet. Selon Citigroup, Amazon pourrait même économiser plus d’un milliard de dollars par an en se passant des services d’UPS et de FedEx. A ce jour, Amazon possède 7 000 camions et 40 avions pour effectuer ses livraisons. Avec ses partenaires de livraison, comme UPS et FedEx, le géant américain a livré plus de 5 milliards d’articles Prime l’an passé.

Bouton retour en haut de la page
Amazon va soutenir la création d’entreprises pour renforcer sa logistique
Web3 : Comment The Sandbox a attiré plus de 300 marques dans son métavers
Guerre des talents, Skill gap, Grande Démission… Comment répondre aux nouveaux enjeux RH des entreprises?
[Nominations] Capgemini, Teads, Linxo… Les nominations de la semaine
[Série A] Electra lève 160 millions d’euros pour déployer plus de 8 000 points de recharge d’ici 2030
[Série A] Cybersécurité : a16z mise sur l’AssurTech Stoïk pour son second investissement en France
Quelle est la recette de DL Software pour réussir sa stratégie de Build Up?

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media