ActualitéAmérique du nordBusinessMarketing & CommunicationTech

Après avoir déclaré la guerre aux publicités intrusives, Google veut bloquer les adblockers

Google a décidé de faire la loi sur son navigateur Chrome. Déterminée à imposer sa vision de la publicité en ligne, qui représente la quasi-totalité des revenus de la firme de Mountain View – 29 milliards de dollars au troisième trimestre 2018 sur un chiffre d’affaires total de 33,7 milliards de dollars – la filiale d’Alphabet a réservé une bien mauvaise surprise aux bloqueurs de publicités pour entamer l’année 2019. En effet, Google a annoncé son intention de modifier le fonctionnement des extensions dans Chrome, ce qui pourrait entraîner la disparition de nombreux adblockers.

Dans un document baptisé «Manifest V3», le géant américain révèle qu’il va modifier les API utilisées par les développeurs pour créer des extensions sur Chrome. Et parmi les API concernées, celle répondant au nom de «webRequest» va être remplacée par l’API «declarativeNetRequest». Pour justifier ce changement, Google assure que cette nouvelle API garantira une meilleure sécurité des données des utilisateurs.Apple-converted-space »> 

Ces modifications n’ont pas encore été officiellement actées par Google, mais cette perspective inquiète d’ores et déjà plusieurs bloqueurs de publicités qui n’ont pas hésité à exprimé ouvertement leur mécontentement. Parmi eux, UBlock Origin a été l’un des premiers à mener la fronde contre les modifications prévues par Google dans Chrome. Il assure que sa solution ne fonctionnera plus si la firme de Mountain View va au bout de sa démarche. Si ces adblockers veulent perdurer, ils devront très probablement composer avec un filtre mis en place par Google, mais cela les rendrait alors dépendants du géant américain.

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

2 commentaires

  1. Google décime les adblockers en deux temps pour imposer on modèle de publicité sans freins extérieurs possibles. Décidément, Firefox a encore de beaux jours devant lui.
    Proposer son propre filtrage des publicités est le premier mouvement. Il place Google en concurrent des adblockers et lui permet de définir son propre modèle de publicités acceptables. Modifier ses API pour éliminer ou soumettre ses concurrents en les faisant passer par lui est le second mouvement pour éliminer la concurrence sans fâcher le consommateur qui bénéficie toujours du service made in Google. Et voilà Google, publicitaire en chef, qui décide de la forme acceptable des publicités.
    Il ne reste que Firefox, bâti sur un concept libre, pour permettre une navigation plus libre avec des adblockers fait pour satisfaire le client et pas Google.

  2. Les bloqueurs de publicité tiers font perdre des millions de $ aux GAFA qui se trouve obligés de payer les bloqueurs tiers quelques millions pour être whistlistés.

Après avoir déclaré la guerre aux publicités intrusives, Google veut bloquer les adblockers
Face à Stadia et la PlayStation 5, Microsoft dévoile sa Xbox Series X
«En France, nous n’avons pas assez de pure-players dans le numérique»
Les offres d’emploi de la semaine
Voiture autonome : Waymo s’offre la startup britannique Latent Logic pour mettre les pieds en Europe
iPhone: Apple rachète la startup Spectral Edge, spécialiste de l’amélioration photographique
L’intelligence artificielle peut-elle achever la 10e symphonie de Beethoven?
Copy link