ActualitéAmérique du nordBusinessMarketing & CommunicationTech

La nouvelle version de Google Chrome débarque avec un adblock encore plus intransigeant

En début d’année, Google a déclaré la guerre aux publicités intrusives en mettant sur orbite un adblock natif pour son navigateur Chrome. Moins d’un an plus tard, la firme de Mountain View a décidé de muscler le bloqueur de publicités de son navigateur phare.

Avec Chrome 71, désormais disponible sur Windows, macOS et Linux, Google s’attaque ainsi aux «expériences abusives», à savoir les fenêtres qui affichent des boutons conçus pour tromper les utilisateurs en leur faisant croire qu’ils doivent cliquer dessus pour réaliser une action. En réalité, lorsque l’utilisateur clique sur ce «faux bouton», il va ouvrir plusieurs autres publicités. Des mauvaises surprises qui surviennent principalement sur des sites de téléchargement ou de streaming.

En bloquant toutes les publicités des sites se livrant à ce genre de pratiques, Google entend améliorer l’expérience utilisateur sur son navigateur mais aussi faire disparaître ces sites dépourvus de bonnes intentions en coupant leurs sources de revenus. Car sans clic de l’utilisateur pour faire apparaître des tas de publicités, aucun revenu. Avant de sévir, Google avertira les administrateurs du site pour leur permettre de rectifier le tir. Ils auront 30 jours pour se mettre en conformité avant que la firme américaine ne bloque toutes les annonces publicitaires.

Google, membre de la Coalition for Better for Ads

Au-delà de «l’expérience abusive» décrite par Google, la filiale d’Alphabet, au même titre que les autres GAFA, déteste que certains sites se fassent de l’argent sur son dos, d’autant plus quand la méthode employée et l’expérience proposée sont dégradantes pour l’utilisateur. Apple a mis en place une politique similaire pour éradiquer les applications tirant un peu trop profit de son App Store. Simon Dawlat, fondateur d’AppGratis, en a d’ailleurs fait les frais en voyant son application déréférencée de l’App Store en avril 2013, la marque à la pomme voyant d’un mauvais oeil qu’une application fasse de l’ombre à sa plateforme.

Ce renforcement de l’adblock natif de Chrome s’inscrit dans la lignée de la stratégie amorcée par Google en 2017. L’an passé, la firme de Mountain View a rejoint la Coalition for Better Ads, association mondiale fondée par les grandes associations (IAB Europe et États-Unis, American Association of Advertising Agencies…) et les grands acteurs de l’industrie digitale (Google, Facebook…). L’organisation a édicté une liste de normes pour les publicités en ligne, sur laquelle s’est basé lé géant américain pour commencer à bloquer certains formats publicitaires, comme les fenêtres pop-up, les annonces vidéo en lecture automatique ou encore les interstitiels avec décompte du temps.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
La nouvelle version de Google Chrome débarque avec un adblock encore plus intransigeant
Reconnaissance faciale
Reconnaissance faciale: la Cnil trace ses lignes rouges
Ludovic Le Moan (Sigfox): «Personne ne parlait de bas débit avant nous, les autres sont venus par opportunisme»
Les offres d’emploi de la semaine
Pourquoi 1Password boucle une première levée de 200 millions de dollars après 14 ans d’existence
L’Asie et les États-Unis à la pointe des FinTech en 2019
[Appel à candidatures] Participez au palmarès 2020 des entreprises qui recrutent dans le numérique
Copy link