ActualitéBourseBusinessInvestissementsTech

Après des débuts difficiles à Wall Street, Nio, le rival chinois de Tesla, remonte la pente

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Pendant que Washington et Pékin s’écharpent sur fond de guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, les firmes chinoises sont de plus en plus nombreuses à s’exporter au pays de l’Oncle Sam pour s’introduire en Bourse à Wall Street. Au-delà de l’intérêt des entreprises de l’Empire du Milieu pour le marché américain, ces IPO représentent surtout une opportunité pour les géants chinois, Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi, les fameux BATX, de se positionner face aux tout-puissants GAFA américains.Apple-converted-space »> 

Parmi les dernières IPO chinoises enregistrées à Wall Street, celle de Nio, constructeur chinois de voitures électriques, a déçu. L’entreprise, qui se positionne comme un concurrent direct de Tesla, a en effet connu des débuts compliqués sur le marché boursier américain lors de la première quinzaine de septembre. Alors que le titre de la société a fait ses débuts à 6 dollars sur le New York Stock Exchange, celui-ci a rapidement reculé pour s’établir à 5,35 dollars lors des premières heures de Nio à Wall Street. Un cours qui plaçait la capitalisation boursière de la société à 5,52 milliards de dollars, bien loin des 50 milliards de dollars de Tesla.

Une capitalisation boursière en hausse d’un milliard de dollars en un moisApple-converted-space »> 

Conséquence directe de cette entame timide à Wall Street, la société chinoise est parvenue à lever un milliard de dollars dans le cadre de son IPO alors que l’objectif initial était fixé à 1,8 milliard de dollars. Coup dur pour cette entreprise qui apparaît comme l’une des meilleures perspectives chinoises pour dominer le marché des voitures électriques à l’échelle mondiale. Cependant, la société fondée en 2014 par William Li n’a pas été aidée par le contexte entourant son entrée en Bourse, la faute notamment aux frasques d’Elon Musk, qui a songé à retirer Tesla de la cote new-yorkaise, et aux difficultés de la firme américaine à atteindre ses objectifs de production.Apple-converted-space »> 

Malgré la défiance du marché et une perte nette de 502,6 millions de dollars pour les six premiers mois de l’année, Nio a réussi à rectifier le tir un mois plus tard. Désormais, la capitalisation boursière de la société s’élève à 6,5 milliards de dollars, soit un milliard de dollars de plus par rapport à sa valeur initiale au New York Stock Exchange. Soutenue par Baidu et Tencent, qui a d’ailleurs participé au dernier tour de table de 1,1 milliard de dollars de la société en novembre 2017, Nio mise sur l’ES8, son premier SUV électrique à destination du grand public commercialisé depuis quelques mois, pour doper sa croissance. D’ici la fin de l’année, l’entreprise prévoit également de lancer un deuxième SUV électrique à bas prix, l’ES6. Un nouveau modèle qui pourrait accroître les revenus de Nio et faire grimper sa capitalisation boursière à Wall Street.

Bouton retour en haut de la page
Après des débuts difficiles à Wall Street, Nio, le rival chinois de Tesla, remonte la pente
[Série B] Ouihelp lève 30 millions d’euros pour renforcer sa solution d’aide à domicile
TikTok mise sur les abonnements payants pour s’affranchir de la publicité
Pourquoi Klarna va supprimer 10% de ses effectifs dans le monde
[Seed] La PropTech Buildrz réalise une première levée de fonds de 3,8 millions d’euros
Orange : l’ère Stéphane Richard définitivement terminée
[Nominations] Figaro Classifieds, Sendinblue, Mon Petit Placement… Les nominations de la semaine
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Votre adblocker bloque votre acces a FrenchWeb.Fr



Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.

Les adblockers empechent votre acces a FrenchWeb. Pour y acceder, nous vous recommandons de nous ajouter a votre liste de sites autorisés.

Merci et bon surf!

Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media