A la uneActualité Start Me UpBusinessEuropeServicesStart Me UpTech

Après les écoles et les facs, Studapart compte séduire les propriétaires de logement étudiant

Comme d'autres start-up de l'immobiler, Studapart veut disrupter la recherche traditionnelle de logement que l'on fait sur un pure-player ou en agence. Depuis trois ans, la plateforme en marque blanche pour les écoles et les universités intègre les agences dans son modèle. Elle est ensuite rémunérée par celles qui déposent une offre de logement pour les étudiants. 

En janvier dernier, la start-up bouclait une levée de fonds de 700 00 euros, principalement pour développer son offre auprès des propriétaires de logement. L'offre est prévue pour le mois d'octobre prochain.

Commercialisée en Saas, la plateforme revendique aujourd'hui 100 000 logements recencés en France (résidences universitaires) et 110 000 à l'étranger via des universités partenaires. Au total, ce sont aussi 80 000 compte utilisateurs-étudiants. 

VOIR: L'interview d'Amaury Roland, le cofondateur de Studapart.


 

Directeur général : Amaury Roland, Alexandre Ducoeur

Création : 2013

Marché : plateforme de recherche de logement

Effectifs : 20 salariés

Concurrents indirects : SeLoger, LeBonCoin, PAP

Lire aussi: Immobilier: 5 start-up qui digitalisent l’agence traditionnelle

5 start-up françaises qui veulent bousculer le marché de l’immobilier
 

Tags

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Une fois le logement trouvé avec Studapart, il faut ensuite pouvoir le financer et financer sa vie étudiante. Et pour ça, il y a la plateforme http://www.filengo.com qui permet aux étudiants de trouver l’ensemble des aides financières auxquelles ils sont éligible, en un clic.

Après les écoles et les facs, Studapart compte séduire les propriétaires de logement étudiant
Après l’échec de Mixer (Microsoft), le célèbre joueur Ninja fait son retour sur YouTube
Malgré la crise, SAP dévoile un bénéfice plus important que prévu au second trimestre
Un robot anti-coronavirus inventé par deux entreprises françaises, Octopus Robots et Fybots
Sequoia mène un tour de 100 millions de dollars dans l’app chinoise de lecture interactive Kuaidian
Facebook supprime des comptes pour « comportement inauthentique coordonné »
Cloud: Renault choisit Google pour mieux exploiter ses données industrielles
Share via
Copy link