Arts et CulturesLes levées de fonds

Art en ligne: la start-up allemande Auctionata lève 42 millions d’euros

Pourra-t-on bientôt acheter un tableau de Pablo Picasso sur Internet ? Le marché de l’art en ligne a représenté 1,57 milliard de dollars en 2013, selon le Hiscox Online Art Trade Report 2014, soit seulement 2,4% du marché de l’art dans son ensemble (lire notre article : 10 chiffres à connaître sur le marché de l’art en ligne, ndlr). Face au potentiel que représente la numérisation du secteur, de nombreuses start-up se positionnent sur le segment. Au-delà des marketplaces, qui rassemblent acheteurs et vendeurs, et des sites d’enchères spécialisés au fonctionnement plus ou moins proche d’eBay, Auctionata, une entreprise allemande, fait le pari d’enchères en ligne organisées en direct sous forme de vidéo en streaming.

Avec ce concept, la start-up fondée en 2012 a revendiqué des ventes de 31,5 millions d’euros l’an passé, en hausse de 163% sur un an, pour un total de 113 sessions en direct et 12 000 produits. Initialement basée à Berlin, elle a ouvert depuis des antennes à l’étranger, à Londres, Zurich, Rome, Madrid et New York. Auctionata affirme aujourd’hui avoir ainsi regroupé 8 000 enchérisseurs issus de plus de 100 pays différents.

Un secteur convoité

Mais l’entreprise allemande n’est pas seule. Elle doit compter notamment sur la concurrence plus ou moins directe de Sotheby’s qui a conclu en 2014 un partenariat avec eBay qui souhaitait se renforcer sur la vente d’objets de collection, alors que plus de 3 500 ventes à des prix supérieurs à 5 000 dollars auraient déjà lieu chaque jour sur le site, affirmait le groupe américain. La plate-forme, annoncée en juillet dernier, doit permettre à Sotheby’s d’élargir son public en permettant à des internautes, grâce à un flux vidéo en direct, d’enchérir lors d’enchères organisées à New York. L’autre grande maison du secteur, Christie’s, s’est également positionnée sur les enchères en ligne.

Pour se renforcer dans ce secteur convoité, Auctionata vient donc de lever 42 millions d’euros auprès de MCI Management, Hearst Ventures, Kreos Capital et Yuan Capital, et de ses investisseurs déjà présents au capital Earlybird, e.ventures, Kite Ventures, Raffay Group, TA Ventures, Bright Capital, REN Invest et Holtzbrinck Ventures. Avec ce nouvel investissement, la société annonce vouloir se renforcer sur la vente de certains objets, dont les montres, les voitures de collection, et l’art contemporain.

Crédit photo: Le Grand Palais de Paris, Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This