ActualitéBusinessMarketing & CommunicationStartupStartup du jour

Avec Pistache, les tâches ménagères deviennent un jeu d’enfant

Benjamin Cotte et Thomas Jacquesson se rencontrent à HEC Montréal. Tous les deux ont envie de se lancer dans l'entrepreneuriat et de créer leur entreprise mais un profil un peu plus tech manque au duo. Ils rencontrent Thibault Louis-Lucas dans le cadre du Master Innover et Entreprendre de ESCP Europe.

Tous les trois, ils créent en avril 2015 Pistache. Pour les enfants, l'application rend ludiques et amusantes les tâches comme ranger sa chambre, faire son lit… Plus de détails avec Thomas Jacquesson, cofondateur et directeur marketing.

FrenchWeb: A quel besoin répond votre service?

thomas-jacquesson-pistache-2016Thomas Jacquesson, cofondateur et directeur marketing: Pistache est une application gratuite qui aide les parents à motiver leurs enfants dans la réalisation des petites tâches du quotidien. Faire ses devoirs, ranger sa chambre ou travailler ses mathématiques. Les enfants traînent souvent des pieds quand il s’agit de le faire. Grâce à nous, les parents définissent les missions à remplir et les enfants reçoivent en récompense de nombreux contenus ludiques et éducatifs (jeux, vidéos, etc.). En clair, nous accompagnons les parents dans l’éducation concrète de leurs enfants.

Quelle est votre proposition de valeur?

Nous avons développé l'application avec des spécialistes de l’éducation – psychologues, pédiatres et instituteurs – mais aussi avec des parents. Être parent n’est pas toujours facile, il faut penser à tout! Nous sommes là pour les aider. Allez lire les commentaires des parents qui utilisent notre application et vous le verrez: les enfants participent davantage aux tâches du foyer et se responsabilisent tout en s’amusant.

Qui sont vos utilisateurs?

Pistache est un outil accessible et intuitif destiné à tous les parents et leurs enfants. Mais les utilisateurs de Pistache sont principalement des utilisatrices, des mamans 2.0 âgées de 25 à 40 ans habitant dans toute la France. Nous sommes très fiers d’accompagner les mamans à notre niveau pour responsabiliser leurs enfants. Pour ce qui les concerne, nous visons en particulier les 6-11 ans, même si des enfants plus jeunes ou plus âgés sont également séduits par l’application.

Quel est votre plan de développement?

Nous avons lancé au mois de septembre la V2 de Pistache qui intègre de nouvelles fonctionnalités et récompenses pour une meilleure expérience utilisateur. Nous avons évidemment d’autres projets pour la suite mais, à l’heure actuelle, notre priorité est de répondre au mieux aux besoins concrets des parents.

Nous venons tout juste de franchir la barre des 100.000 utilisateurs et nous enregistrons chaque jour 1000 nouveaux téléchargements. Nous visons le cap des 500.000 utilisateurs à l’été pour ainsi renforcer notre position de leader en France avant de grandir au plan européen.

Nous avons récemment lancé une version anglophone. Nous souhaitons aller plus loin dans cette stratégie d’internationalisation en nous appuyant sur notre deuxième levée de fonds en 2017.


Quels sont vos enjeux?

Nos différents enjeux sont: 

    – marché: linternationalisation. Cap sur l’Europe d’abord, puis sur l’Amérique du Nord.

    – business: consolider un business model fondé sur l’advergaming et le native advertising, après une première collaboration réussie avec Butagaz sur l’enseignement des éco-gestes aux enfants.

    – financier: nous envisageons une seconde levée de fonds de 500 à 600.000 euros.

    – RH: renforcer nos équipes dédiées au business development.

Qui sont vos concurrents?

En France, il n’existe aucun concurrent direct. Il faut plutôt aller chercher du côté du marché européen avec Funifi ou aux Etats-Unis avec Choremonster. Pistache se distingue de ces autres solutions en mettant davantage en avant le côté ludique et divertissant de l’application. Nous avons voulu donner à Pistache un univers et des mécaniques ancrés dans le monde du jeu.

Fondateurs : Benjamin Cotte, Thomas Jacquesson et Thibault Louis-Lucas

Date de création : avril 2015

Levées de fonds : 200.000 euros auprès du fonds Talis en mai 2015

Siège : Paris

Lire aussi Adok ringardise la tablette numérique

Myriam Roche

Chef de projet éditorial at Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Share This