Actualité

[Baromètre] Les dirigeants et leur vision du numérique

Evaluer la maturité numérique des dirigeants, et la place qu’elle prend dans leurs organisations et leurs stratégies, c’est l’objectif d’un nouveau baromètre réalisé par IDC France, pour Syntec Numérique. Les résultats sont assez surprenants, ils montrent une certaine prise de conscience concernant le numérique et ses potentiels pour les entreprises.

Ce qu’il faut retenir de l’étude :

  • Le taux d’équipement en terminaux numériques : 63% des dirigeants sont, aujourd’hui, équipés de tablettes et presque tous disposent d’un smartphone (91%) et d’un PC portable (94%).
  • Il existe cependant de fortes disparités en matière de maturité numérique : 39% des dirigeants interrogés se disent très à l’aise avec les outils numériques, tandis que les autres (61%) ont une relation plus distante avec le numérique. Ils sont en outre plus avancés dans leur connaissance des sujets phares associés à l’informatique, comme par exemple le Cloud Computing.
  • Presque tous les dirigeants (93%) sont conscients que le numérique représente une opportunité pour leur entreprise. Ils estiment d’ailleurs que par temps de crise, le numérique devient un vecteur potentiel de compétitivité et d’innovation (pour 82% d’entre eux). Mais les points d’amélioration identifiés sont nombreux : le numérique est considéré par 43% des dirigeants comme un domaine encore trop complexe, mal maîtrisé, trop couteux (54%) et trop rigide (50%).
  • Enfin, les dirigeants témoignant d’une maturité numérique supérieure aux autres sont plus ouverts à l’externalisation de leur informatique et au déploiement d’une stratégie Cloud, deux vecteurs perçus comme des leviers permettant d’évacuer la complexité pour se concentrer sur l’essentiel : l’innovation, la performance et la compétitivité apportés par le numérique.

Entretien avec Guy Mamou-Mani, Président du Syntec Numérique :

FrenchWeb : Quelle a été la problématique de départ ?

Guy Mamou-Mani :  On a la conviction que le numérique fait partie de la transformation de l’entreprise. Il nous a semblé pertinent de comprendre comment les dirigeants appréhendent les aspects du numérique. On a voulu les interroger non pas sur la croissance des marchés, mais sur une autre fenêtre de leur développement.

FW: Quelle a été la principale surprise de cette étude ?

G.MM : Si on m’avait posé la question avant, j’aurais été assez éloigné des résultats obtenus. J’ai été très étonné par exemple que 80% des chefs d’entreprises considèrent que le numérique est soit un vecteur de compétitivité, soit un vecteur de performance. C’est une très bonne nouvelle. Cela montre une prise de conscience de la part des dirigeants : il s’approprient complètement l’outil numérique, dans leur sphère personnelle comme dans la sphère professionnelle. Le seul bémol, c’esst du côté des PME, il y a encore un travail à faire là-dessus.

FW: Derrière cette maturité, quels sont les leviers ?

G.MM : On s’aperçoit que le cloud computing par exemple est promis à un très gros avenir. Et cela concerne d’ailleurs tout l’informatique. Aujourd’hui, aucune entreprise ne peut se développer sans le numérique. Et cela va de pair avec l’explosion et la démocratisation des outils comme les smartphones, les tablettes…

FW : Vous éditerez d’autres baromètres à l’avenir ?

G.MM : Oui, on a très envie de suivre ces évolutions. On a aussi dans l’idée de l’appliquer aux hommes politiques, et de cerner leur perception du numérique, car là aussi, il y a de grands enjeux.

Tags

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[Baromètre] Les dirigeants et leur vision du numérique
Royaume-Uni: Nokia signe son premier contrat 5G depuis l’exclusion de Huawei
eSport : PandaScore lève 5 millions d’euros auprès de la FDJ, Serena et Alven
S’adapter: le maître-mot des artisans et des boutiques depuis le confinement
Cryptoactif: Bitpanda lève 52 millions de dollars auprès du fonds de Peter Thiel 
Comment Cafeyn profite de la crise pour se renforcer
Play Store: Google se veut plus strict sur le paiement de la commission