Actualité

Bataille juridique autour de la marque eMailing

Message Business et le Syndicat National de la Communication Directe ont lancé une assignation en vue d’obtenir l’annulation de la marque « Emailing ».

Cette action fait suite au dépôt de la marque emailing par une société française. Profitant de ce dépôt, cette société a empêché l’exploitation commerciale de mot-clé sur Google Adwords tout en envisageant de restreindre l’utilisation du terme sur tous supports en France et Europe.

En tant qu’acteur responsable et reconnu de la profession, et alors qu’aucun accord amiable n’ait put être trouvé à ce jour, Message Business a décidé de s’associer à l’action judiciaire entreprise par le SNCD et 15 autres de ses membres.

Comme pour les termes « Internet », « Publicité » ou « Marketing Direct », il paraît inconcevable pour Message Business que le terme générique Emailing soit considéré comme une marque et revendiquée comme telle par un seul acteur d’un marché où la concurrence se doit d’être et de rester libre.

Tags

Richard Menneveux

CEO & Editor in Chief@Decode Media / Pour me contacter: richard@decode.media / Pour communiquer sur FrenchWeb, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

  1. Une précision d’importance, MessageBusiness n’est qu’une des 16 entreprises qui sont associées au SNCD pour attaquer la marque emailing. Les 16 entreprise sont précisemment : Adress Company, Cabestan, Cnet Direct, Come&Stay, Dolist, Ediware,Emailvision, Experian Cheetahmail, Florence Consultant, Goto Software, Ibase, MailPerformance, Message Business, Neolane, Splio et Tikal.

Bataille juridique autour de la marque eMailing
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link