ActualitéAsieBusinessTransport

Blablacar s’attaque à l’Inde

BlaBlaCar passe à la vitesse supérieure. Le leader du covoiturage longue distance ouvre un nouveau pays, l’Inde, après avoir lancé le service de réservation en Turquie et en Russie l’année dernière.

Delhi_blablacarLa startup fondée en 2006, qui a levé 82 millions d’euros en 2014, veut donc s’attaquer à l’Asie et au déficit des modes de transports de dernière minute. Un trajet pourra par exemple être proposé entre New Delhi et Jaipur, soit 270 km.

Le covoiturage sur des longs parcours a, semble-t-il, de beaux jours devant lui dans ce gigantesque pays-continent. D’une part, les Indiens sont réticents à s’acheter une voiture, les frais d’assurance et de maintenance étant trop élevés. Par ailleurs, l’offre de transport est limitée en Inde: bus et train, mais… bondés, et difficile à réserver.

«A part un petit acteur de quelque 20 000 membres, et quelque pages Facebook, il n’y a pas de solution réelle qui propose le covoiturage en Inde», indique Frédéric Mazzella. Le panorama des startups est en effet limité, mais les investissements de plus en plus appuyés : Zoomcar, fondé par deux Américains qui ont choisi l’Inde comme terrain de jeu, a perçu 11 millions de dollars de plusieurs fonds, dont Sequoia Capital.

Carzonrent, une société basée à New Delhi, a lancé Myles en 2013 et compte aujourd’hui sur une petite flotte de 600 voitures, disponibles dans 16 villes. Par ailleurs, Uber a aussi senti venir, dès 2013, un vent favorable sur le «car sharing» en Inde, son deuxième marché après les USA. Il s’y est fait une belle place, là où la tradition du chauffeur individuel est relativement courante pour une certaine catégorie de population.

Le premier défi pour le Français, leader en Europe avec 10 millions de membres, sera de construire sa communauté de «co-voitureurs». Frédéric Mazzella le concède volontiers et écarte pour l’instant toute monétisation du service, à hauteur d’un prélèvement de commission de 10% sur la course: «Il n’est pas pour l’instant question de proposer un service payant en Inde. Le plus difficile pour nous va être de bâtir une communauté qui va proposer de partager, en quelque minutes un trajet entre une ville et une autre». Avec son associé et co-fondateur Nicolas Brusson, il affiche sa confiance: «une équipe est déjà au travail à New Delhi. Nous allons embaucher 100 personnes cette année pour accompagner notre croissance», conclut-il.

BlaBlaCar est aujourd’hui disponible dans treize pays au total: France, Espagne, Italie, Portugal, Royaume-Uni, Allemagne, Pologne, Ukraine, Russie, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, et la Turquie plus récemment. Plus de 2 millions de personnes voyagent chaque mois via BlaBlaCar.

Découvrez l’équipe Blablacar dans leur vidéo.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

Marion Moreau

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

1 thought on “Blablacar s’attaque à l’Inde”

  1. Pensez écologie et voyager avec Foxyride, nouveau site de covoiturage bientôt en ligne foxyride.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This