Actualité

[Bon App’] Legend, pour le dire en couleurs et en images

Origine: France

Editeur : Stupeflix

Disponible : sous iOS8

Date de création : 11 février 2015

Capture d’écran 2015-02-12 à 11.53.14

Franz Hoffman est responsable produit et design chez Stupeflix.

Frenchweb: Quel est le service rendu par l’application? A qui s’adresse-t-elle?

Franz Hoffman : Legend chorégraphie nos conversations avec de la typographie animée. En deux touché d’écran, on transforme son texte en une vidéo ou en GIF partageable sur Whatsapp, iMessage, Instagram, etc. L’application s’adresse donc autant à tous les amoureux du design, de par son interface et les choix typographiques, qu’à un public plus large avec sa simplicité d’utilisation.

Comment avez-vous eu l’idée de la créer ?

Elle nous est venue au cours d’une semaine de hackathon interne. Nous voulions ajouter de l’émotion dans le texte, chose que nous avions commencé à expérimenter dans notre application d’édition vidéo Replay.

Quelles sont les autres applications similaires à Legend et en quoi est-elle différente ?

S’il y a déjà de nombreuses apps qui permettent de rajouter du texte sur des images (Over, WordSwag), nous sommes la première application qui permet l’animation du texte et son partage vers les réseaux sociaux et les messageries.

Comment comptez-vous monétiser ce service ?

L’application est payante.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Bouton retour en haut de la page
[Bon App’] Legend, pour le dire en couleurs et en images
Que propose Google pour remplacer les cookies publicitaires?
[Série B] IA: InstaDeep lève 88 millions d’euros auprès du laboratoire allemand BioNTech
Pourquoi Starlink, le service internet par satellite d’Elon Musk, n’a plus qu’une seule station en France
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs