Actualité

[Bon App’] Offtime, pour déconnecter sans craindre de rater l’essentiel

Chaque jour à 13h, Frenchweb vous présente une application mobile, en partenariat avec Stardust, The digital testing company spécialiste du test d’applications mobiles, de sites internet et autres services digitaux. Vous souhaitez également parrainer la rubrique Bon'App ? Cliquez ici

Origine : Allemagne

Editeur : Offtime

Date de mise à jour : 5 octobre 2014

Disponibilité: Android 2.3

Timeoff (2)Timeoff (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La peur de manquer quelque chose d’important – syndrome FOMO « Fear Of Missing Out » – empêche souvent de prendre une pause. L’application Offtime contourne le problème. Elle fonctionne comme un filtre pendant une durée déterminée par l’utilisateur. Seuls les contacts et applications pré-sélectionnés peuvent alors le joindre.

Les autres reçoivent un message qui indique la non-disponibilité temporaire de leur correspondant et les invite à rappeler plus tard. Disponible gratuitement sous Android, Offtime existe en allemand et en anglais. Une version française sera disponible d’ici fin 2014.

Interview de Michael Dettbarn, co-créateur de Offtime :

Michael Dettbarn, co-fondateur de Offtime
Michael Dettbarn, co-fondateur de Offtime

FrenchWeb : Comment fonctionne votre application ?

Michael Dettbarn : L’utilisateur détermine des « périodes Offtime ». Les sollicitations intempestives et les applications sources de distraction y sont bloquées. L’utilisateur peut créer plusieurs « modes Offtime », pour se concentrer sur le travail ou se consacrer à ses proches. L’application comporte deux volets, Activity Overview et Activity Regulation. Le premier volet contient les metrics de votre smartphone. L’utilisateur y visualise ses habitudes, quelles applications sont les plus actives et avec quels contacts il interagit le plus. Via les fonctions de régulation du second volet, l’utilisateur détermine quels contacts et applis il désactive.

Comment avez-vous eu l’idée de la créer ?

Lorsque j’étudiais à l’université Humbolt de Berlin (2003-2012), j’ai pu constater que l’usage actuel du smartphone revient à lui confier le rythme de notre vie quotidienne. Nous avons mené une étude universitaire sur les conséquences de ces usages. Il en est ressorti que les utilisateurs sont psychologiquement sous pression, sans en être conscients. Nous avons créé Offtime en 2012, pour changer cette situation. Nous concevons la déconnection non comme un isolement, mais comme une façon de faire le point pour discerner ce qui compte vraiment, et à quel moment.

Quels sont vos principaux concurrents ? Et comment votre application se démarque-t-elle ?

Nos principaux concurrents sont Ubhind, RescueTime et Moments, disponibles sur iOS. Plus qu’une simple déconnection, Offtime propose de compartimenter l’agenda des utilisateurs. Nous travaillons aussi en partenariat avec le département de recherche en psychologie de l’université Humboldt à Berlin pour améliorer notre solution de gestion du temps à la lumière des dernières découvertes scientifiques.

Comment allez-vous monétiser ce nouveau service ?

Offtime fonctionne selon un modèle freemium. L’utilisateur peut télécharger gratuitement l’application. Nous proposons une version payante – disponible sous licence – aux entreprises qui souhaitent motiver leurs employés et leurs partenaires, avec un outil qui leur permette de profiter réellement de leur temps libre. L’objectif est de réduire le stress et le coût des arrêts maladies qui en découlent. Cette version sous licence sera proposée à partir de novembre 2014. Nous sommes actuellement soutenus financièrement par le fond public d’investissement EXIST.

Avez-vous créé une start-up pour développer l’application ? Quels sont vos objectifs de croissance ?

Oui, nous avons implanté la société Offtime en 2012 à Betahaus, le cœur de la scène start-up berlinoise. Une levée de fonds en seed est prévue pour le premier trimestre 2015. Notre équipe compte actuellement cinq collaborateurs, dont quatre co-fondateurs. Parmi eux, Alexander Steinhart est l’actuel CEO de la société. Dans les six mois à venir, nous souhaitons étendre l’application sur d’autres plateformes et en priorité sous iOS. Nous allons aussi développer notre offre pour les entreprises. Une semaine après notre lancement sur Android, nous avions déjà 15 000 utilisateurs pour l’application. Nous prévoyons 100 000 utilisateurs actifs d’ici la fin 2014.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et vidéos libres de droits

Vous voulez faire découvrir une application ? Soumettez-la en remplissant le formulaire.

Mathilde Hodouin

Journaliste chez FrenchWeb. Pour contacter la rédaction, cliquez ici. Présentez votre application mobile avec la Bon App' du jour. Faites-vous connaître en devenant "la start-up de la semaine". Ajoutez un événement à notre agenda : cliquez ici

Sur le même sujet

Share This