A la uneActualitéAsie

Business France: «On va respirer French Tech…»

Rendez-vous les 19 & 20 Octobre pour Les Rencontres Internationales de la French Tech. L'évènement phare de Business France dédié aux professionnels des Technologies de l'Information et des Communications et aux Start-up innovantes. Placées sous le thème du développement international, ces rencontres permettent de saisir les tendances TECH mondiales, de bénéficier de retours d'expériences de sociétés ayant franchi le pas de l'international et de rencontrer les spécialistes marchés Business France.

Directrice Générale : Muriel Pénicaud

Siège: Paris 

Date de création: Créée le  par fusion entre UBIFRANCE et l'Agence française pour les investissements internationaux

Effectifs: 1500 collaborateurs

Business France en chiffres : 

5000 Entreprises rencontrées tous les ans dans le monde pour accompagner leur projet en France. 

Plus de 600 Visites d’investisseurs accompagnées en France par Business France et ses partenaires en région

1000 Projets étrangers s’implantent en France tous les ans. Business France en accompagne 40%

L'interview de Foued KEFIF, chef de projet numérique, opérations start-up et Eric MORAND, directeur du département tech & services innovants – Business France

Rendez-vous les 19 & 20 Octobre, 77 Boulevard Saint-Jacques, 75014 Paris, France

Pour vous inscrire : https://app.digitevent.net/fr/frenchtechri2016

 

FrenchWeb

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Business France: «On va respirer French Tech…»
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer