BusinessFrenchWeb BusinessLes émissionsRetail & eCommerce

[FW500] Comment Alkemics répond à l’enjeu du partage des données entre industriels et distributeurs

Depuis 2014, la plateforme d’Alkemics permet aux industriels de partager leurs données avec les distributeurs, quel que soit leur écosystème de distribution. Les données en questions? Des éléments visuels, de la vidéo, les ingrédients, des informations nutritionnelles, logistiques ou encore tarifaires… L’enjeu métier est crucial.

« Aujourd’hui, il faut absolument qu’un distributeur – par exemple Carrefour, Auchan ou encore Leclerc- puisse diffuser la même information quel que soit le canal sur lequel il vend son produit. Que cela soit sur son site e-commerce, son application consommateurs, son lieu de vente… Il y avait un énorme enjeu de pouvoir collecter, auprès des milliers de fournisseurs qu’ils peuvent avoir, cette donnée produit de manière très structurée et normalisée pour pouvoir alimenter tous leurs systèmes internes d’information», développe Florence di Nicolas, VP marketing d’Alkemics.

14 000 marques inscrites

Les distributeurs paient des licences annuelles pour utiliser la plateforme comme leur propre outil de collecte. De l’autre côté, les industriels qui pensent avoir un intérêt à utiliser la solution pour partager leurs informations avec les distributeurs souscrivent également à une licence. L’entreprise revendique près de 14 000 marques inscrites et 90% des distributeurs français de l’agroalimentaire.

À côté de cette partie business, Alkemics permet aussi à des applications de transparence alimentaire comme Yuka de se connecter à la plateforme pour récupérer des données. « C’est un peu notre programme RSE à nous», confie Florence di Nicolas.

Pour poursuivre son développement, l’entreprise a récemment étendu ses activités aux secteurs de la parapharmacie et de la parfumerie sélective. La restauration hors domicile, le bricolage et le textile devraient suivre. Coté expansion géographique, Alkemics s’est lancé au Royaume-Uni en 2018 et pour 2020, la société souhaite s’étendre vers l’Europe de l’Est et du Sud.

Retrouvez l’interview complète de Florence di Nicolas, VP marketing d’Alkemics:

FW500 : le classement des 500 entreprises de la Tech française

Pour la quatrième année consécutive, FrenchWeb établit un panorama des entreprises de la Tech française, qu’elles soient start-up, PME ou grands groupes : le FW500.

Le FW500 s’intéresse aux entreprises françaises, leur potentiel, leurs performances (taux de croissance annuel du chiffre d’affaires sur les trois derniers exercices, effectifs…), et ce afin d’établir un classement des sociétés par rapport à leur dynamique de développement.

En partenariat avec :

Innocentia Agbe

Journaliste chez FrenchWeb / Le Journal des RH - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[FW500] Comment Alkemics répond à l’enjeu du partage des données entre industriels et distributeurs
Publicité en ligne : Google repousse son abandon des cookies jusqu’en 2023
Le Tribunal de commerce de Paris se saisit de la plainte de France Digitale visant Apple
Alain Weill quitte ses fonctions de PDG d’Altice France et de SFR
Retail: les startups françaises ont déjà levé plus d’un milliard d’euros en 2021
Open banking: Visa rachète la FinTech suédoise Tink pour 1,8 milliard d’euros
Pourquoi Getir, la licorne turque valorisée à 6,3 milliards d’euros, peut conquérir Paris