A la uneActualitéBusinessFinTechFrenchWeb BusinessLes émissions

Comment BD Multimédia veut se positionner sur le secteur des FinTech

Opérateur telecom, centre d’appel, service de paiement… BD Multimedia a eu plusieurs vies. Créée en 1986, la société s’est réinventée au fil des décennies et a su «évoluer en fonction des marchés», précise Jim Dorra, directeur général délégué de BD Multimedia.

La société se concentre désormais sur la partie FinTech. En effet BD Multimedia a lancé Star Pass en 2007 (paiement via numéros surtaxés), a racheté Toneo First en 2011 (carte mastercard prépayée) et a fait l’acquisition de PayDuo en 2013 (solution de paiement pour applications mobiles).

BD Multimedia n’a pas peur de la concurrence

Aujourd’hui, avec la carte Toneo First, disponible dans les bureaux de tabac ou les stations services, BD Multimedia souhaite affirmer sa présence dans le secteur des services bancaires alternatifs. L’entreprise se positionne sur le même marché que Morning ou Compte Nickel mais compte se différencier via ses deux formules: une offre liberté pour une utilisation occasionnelle et l’offre zen pour une utilisation plus régulière. La carte est vendue 15 euros avec un forfait sans engagement de 5 euros par mois.

L’entreprise s’est fixée un objectif de 3000 cartes vendus par mois d’ici à 2018. Pour se donner les moyens de ses ambitions, la société prépare actuellement une levée de fonds pour un montant compris entre 6 et 7 millions d’euros.

Myriam Roche

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Comment BD Multimédia veut se positionner sur le secteur des FinTech
eCommerce : l’aventure Mirakl racontée par Elaia
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale
Amazon s’est vu infliger une amende record pour non respect du RGPD
Deliveroo envisage de quitter l’Espagne, où les livreurs devront bientôt être salariés