Data RoomGregory PouyLes Experts

Comment choisir son outil de Buzzmonitoring ?

Cela fait quelques années maintenant que l’on dit qu’il faut écouter les consommateurs sur internet, je l’ai d’ailleurs rappelé lors de ma dernière présentation.

Mais il existe des centaines d’outils de Buzzmonitoring, gratuits, payants, plus ou moins chers d’ailleurs.

Des outils ont certaines qualités, d’autres ont des avantages différents, des défauts aussi…il est finalement assez difficile de faire le tri. Radian 6 qui est tellement médiatisé est-il mieux que les autres ?

FreshMind a mis en place une étude sur un certain nombre d’outils, 7 précisément (Alterian, Biz360, Brandwatch, Nielsen, Radian 6, Scoutlab et Sysomos), et je trouve les critères qu’ils ont sélectionné pour comparer les outils assez pertinents et ils devraient vous permettre de mieux faire votre choix.

1. La Couverture

Les outils ne couvrent pas toutes les zones géographiques et toutes les langues, il est donc indispensable de vérifier ce point en fonction de votre business. Il peut y avoir de vraies différences de résultats.

2. L’analyse du sentiment

Le principe est de savoir si l’article, le commentaire, le twitt est positif, négatif ou neutre. Les outils peuvent vous aider dans une première sélection mais avec un niveau d’analyse qui reste malgré tout limité car l’humour ou d’autres formes d’expression ne sont pas compris par les outils. Par ailleurs, les outils (principalement anglais) maîtrisent bien souvent beaucoup moins les autres langues.

3. Les lieux de conversations

Il y a différentes sphères (twitter, Facebook, blogs, forums…) et il est important que l’outil puissent vérifier l’ensemble mais également remonter où se trouve ces conversations. Typiquement un Tweet en français peut provenir du Canada, de la Suisse, de la Belgique, d’Afrique, des TOM, ou de la France…

4. Volume des conversations

C’est souvent ce à quoi s’accroche les annonceurs : le volume. Il faut pouvoir prendre en compte les Retweet, le spam et autres… Les outils traitent souvent de manière différentes le nombre réel des conversations. Si l’effet viral est effectivement important, il faut faire bien attention de ne pas compter plusieurs fois les mêmes choses.

5. La vitesse de remontée de données

A l’heure du web en temps réel et là ou les outils ont une vraie valeur Vs des outils gratuits, c’est également sur la vitesse à laquelle les conversations sont recueillies.
Cette vitesse est forcément limitée par la fréquence de leur web-robots et au temps nécessaire à l’outil pour traiter les données.

A noter évidemment que plus que l’outil ce qui fait la pertinence, c’est évidemment l’humain, l’analyse et les actions qui vont être mises en place mais si l’outil peut ne pas ralentir ou pire mener à l’erreur c’est mieux…

De mon coté, en fonction du client, j’aurais tendance à recommander des outils différents.
Synthesio typiquement est intéressant car français mais aussi parce qu’il gère de nombreuses langues et qu’ils sont capables de délivrer un service complet jusqu’au rapport mais ils ne sont pas les seuls…

A mon sens, les outils de Buzzmonitoring auront vraiment plus de sens quand il sera possible à l’intérieur de ceux ci de suivre les conversations engagées, éventuellement de lier les outils sur lesquels ces conversations ont lieu et idéalement de pouvoir se lier avec la base CRM existante évidemment…

Autant dire que ce n’est pas demain la veille…

Retrouvez Gregory Pouy sur son blog: http://gregorypouy.blogs.com, et sur Twitter: http://twitter.com/gregfromparis

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

3 thoughts on “Comment choisir son outil de Buzzmonitoring ?”

  1. Gregory Pouy fait parti de la sphere des plus grand usurpateurs de la place de Paris. Merci de lui donner autant de credits !

  2. @Vincent, oui on peut ne pas être d'accord, mais plutot qu'usurper l'identité de Francky Vincent, exprime toi à découvert, ca serait plus crédible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This