ActualitéMedia

Comment Google traite-t-il les demandes de droit à l’oubli ?

Entériné en mai dernier par un arrêt de la Cour européenne de justice, le droit à l’oubli est censé permettre à une entreprise de  « déréférençer » les informations qui entrave sa e-reputation. Le procédé paraît simple, puisqu’il suffit de remplir un formulaire pour demander à Google de retirer les informations gênantes. Mais la réalité est évidemment plus complexe.

L’agence Reputation VIP, qui a lancé en juin dernier un site baptisé Forget.me, gère les demandes de suppression des recherches sur Google et Bing. Le service comptabiliserait 21 000 inscriptions à ce jour.

L’éditeur publie les résultats d’une étude sur les traitements des formulaires Google sur les demandes de suppression d’informations, dans 30 pays européens. Sur les 15  061 URL étudiées, 7 085 URL ont reçu une réponse, tandis que 7 976 n’ont pas reçu de réponse. Conclusion:: 53% des demandes n’ont pas encore été traitées par Google.

Les tableaux ci-dessous indiquent la répartition des réponses favorables et non favorables des suppressions demandées:

Répartition par type de réponse

RéponseNombre d’URL concernées% d’URL concernées
Oui2 25836%
Non4 17659%
Question3515%
Total7 085100%

Répartition des « Non » par type de refus

Type de refusNombre d’URL concernées% d’URL concernées
Concerne votre vie professionnelle1 06326%
Vous êtes à l’origine de ce contenu93022%
Toujours d’actualité et d’intérêt public60014%
Il s’agit de votre profil de réseau social55913%
L’information concerne une autre personne3007%
Pertinent, d’actualité et d’intérêt public2496%
Vous êtes un personnage public1764%
Ne concerne pas une personne physique1734%
Données gouvernementales812%
Litige251%
Autres201%
Total4 176100%

Quand Google dit « non » 

Google a accepté beaucoup plus de demandes au début de la période : 57% de oui en semaine 26, alors que la semaine 36 compte seulement 28% de réponses positives.

Répartition des réponses dans le temps

N° de Semaine% OUI% NON
2657%43%
2747%53%
2835%65%
2937%63%
3029%71%
3123%77%
3222%78%
3325%75%
3423%77%
3534%66%
3628%72%
Total38%62%

Un « non » qui prend 4 jours aujourd’hui

Le temps de traitement baisse progressivement au fil du temps, on remarque qu’il passe de 44 jours en semaine 26 à 4 jours seulement en semaine 36.

N° de SemaineNombre d’URLMoyenne de temps (jours)
261 81644
2781741
2850130
2958322
3079415
3150111
325899
333606
344725
352573
363944
Total7 08524

Concernant les entreprises, la réponse de Google penche quasi systématiquement pour le « non » au droit à l’oubli: « Pour un chef d’entreprise, si la demande concerne une information relevant de sa vie privée, Google juge en fonction du degré de publicité de la personne. Mais, dès lors qu’il s’agit du domaine professionnel, la réponse est catégorique : c’est systématiquement non », précisait récemment aux Echos Bertrand Girin, président et cofondateur de l’agence Reputation VIP.

Une_ReputationVIP

 

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
Comment Google traite-t-il les demandes de droit à l’oubli ?
Face à Stadia et la PlayStation 5, Microsoft dévoile sa Xbox Series X
«En France, nous n’avons pas assez de pure-players dans le numérique»
Les offres d’emploi de la semaine
Voiture autonome : Waymo s’offre la startup britannique Latent Logic pour mettre les pieds en Europe
iPhone: Apple rachète la startup Spectral Edge, spécialiste de l’amélioration photographique
L’intelligence artificielle peut-elle achever la 10e symphonie de Beethoven?
Copy link