ActualitéBusinessTech

Comment la Répression des fraudes traque les arnaques liées au coronavirus

AFP

Sur l’écran défilent lampes quasi magiques, censées chasser le coronavirus, et miel aux obscures vertus médicinales: la cellule enquête de la Répression des Fraudes (DGCCRF) s’échine à débusquer les arnaques, notamment en ligne, florissantes en cette période d’incertitude face à l’épidémie. « C’est un miel dépourvu de tout étiquetage, vendu comme produit anti-coronavirus… A 15 euros pièce» : les enquêteurs de la Direction générale de la répression des fraudes ont préparé un best-of des « meilleures » arnaques, qui ont fleuri sur les plateformes de vente en ligne ou les réseaux sociaux depuis l’apparition de l’épidémie de coronavirus en France. Du miel, mais aussi une lampe aux étonnantes vertus désinfectantes ou « purificateur d’air » anti-virus… le tout à l’efficacité très relative.

« Ici, vous avez une plateforme qui propose de délivrer un document de mise en quarantaine sur la base d’un simple questionnaire », poursuit une enquêtrice, qui présente l’ensemble au secrétaire d’Etat au numérique Cédric O, venu visiter vendredi la cellule numérique des services d’enquête de la DGCCRF, à Paris. « Nous avons fait déréférencer des milliers de produits depuis la semaine dernière », détaille Fatou Diallo, la responsable du service national des enquêtes de la DGCCRF.

Plus de 70 personnes réparties sur une petite dizaine de sites en France traquent les pratiques commerciales frauduleuses, avec un suivi plus attentif depuis quelques jours sur les produits liés au coronavirus. « On sait que ces périodes de crise sanitaire, de crise en règle générale, sont propices pour un certain nombre d’arnaqueurs ou de vendeurs, qui vont tenter soit de réaliser des profits abusifs, de vendre des produits illégaux ou de se livrer à des arnaques », observe Cédric O à l’issue de la visite.

Plus de 8 000 signalements 

L’instance traque aussi les petits malins profitant de l’inquiétude ambiante pour « commercialiser des produits à des prix plus élevés, que ce soit sur les gels ou les masques », poursuit Fatou Diallo. « On a réalisé en début de semaine un relevé de prix en ligne, sur les principales plateformes ou les parapharmacies en ligne, avant d’effectuer des recherches de sites un peu moins connus », détaille à l’AFP Hélène Masson, responsable d’un des services d’enquêtes au sein de la répression des Fraudes.

Les agents comparent avec les anciens tarifs pratiqués pour déceler les abus. Les Français se sont en effet rués sur les masques de protection et les gels hydroalcooliques, et les prix de ces produits se sont envolés dans certains points de vente. Or, un décret encadre depuis vendredi et jusqu’au 31 mai les prix des gels hydroalcooliques, à 3 euros les 100 ml. Plus de 8 000 personnes ont d’ailleurs signalé des pratiques frauduleuses via la plateforme signal.conso.gouv.fr ces trois dernières semaines, dont beaucoup de prix jugés exorbitants.

Quelles sanctions?

« La première chose à faire est de retrouver le vendeur, qu’il soit en France ou pas, qu’il ait mentionné une vraie adresse…», expose Hélène Masson. « On a toujours moyen de le retrouver en passant par exemple par l’hébergeur » et « si besoin, il nous arrive aussi de réaliser un achat sur la boutique, pour voir où vont les fonds, si on reçoit bien l’objet…» Les contrevenants sont souvent situés à l’étranger, mais la loi s’applique dès lors que les pratiques produisent leurs effets en France, précise le site de la DGCCRF. Ils encourent jusqu’à deux ans d’emprisonnement et une amende de 300 000 euros.

« Certaines plateformes de commerce en ligne se comportent particulièrement mal, comme la plateforme Wish », pointe aussi Cédric O. « Il est nécessaire que les Français sachent que sur certaines plateformes, ils peuvent faire l’objet d’arnaques, commander des produits qui n’arrivent jamais, ou, pire, de faux médicaments ». Il a prévu de recevoir mercredi les principales plateformes de vente en ligne pour échanger sur le sujet.

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Comment la Répression des fraudes traque les arnaques liées au coronavirus
UE: Thierry Breton l’affirme, la supervision des Gafa sera du ressort de chaque État membre
Royaume-Uni: Nokia signe son premier contrat 5G depuis l’exclusion de Huawei
eSport : PandaScore lève 5 millions d’euros auprès de Serena et Alven
S’adapter: le maître-mot des artisans et des boutiques depuis le confinement
Cryptoactif: Bitpanda lève 52 millions de dollars auprès du fonds de Peter Thiel 
Comment Cafeyn profite de la crise pour se renforcer