A la uneAsieChineHong KongShenzhen

Comment lever des fonds en Chine?

A l'occasion du #NouvelAnChinois, FrenchWeb revient sur les entrepreneurs français qui tentent la levée de fonds en Chine.

 

>>> Revoir la semaine «Spéciale Chine»

Gilles Hamou est CEO d'Upmem, une société grenobloise qui fabrique des puce semi-conducteur intelligentes. Créé en 2014 avec Jean-François Roy, le fabricant observe dans ses voyages aux Etats-Unis et en Asie pour le marché de la puce mémoire. Pour accélérer, il est en train de finaliser une levée de fonds, après avoir approché des investisseurs américains mais aussi chinois, comme il l'a confié à FrenchWeb en visite fin 2016 en Chine du sud-Est à Hong Kong et Shenzhen, la nouvelle Silicon Valley de l'électronique.

«L’intérêt des Chinois à nous inclure dans leur plan de fabrication de puces mémoires se confirme. Les possibilités pour aller au bout du projet sont désormais nombreuses. Elles nous permettent d’envisager des négociations avec les industriels plus sereines et équilibrées. (…) Cela nous aide bien avec les investisseurs qui regarde à financer la production des premières séries de puces semi-conducteurs. Ce qui devrait nous permettre de boucler une levée de fonds au premier semestre 2017», explique Gilles Hamou. 


 

Diane de Beaudrap est Sales et marketing director à Steel Available, une plateforme de gestion de fournisseurs et de sourcing pour des produits en acier sur mesure. Elle s'adresse aux industriels (énergie et pétrole). Créée en 2015 à Hong Kong, la start-up est aussi présente en Italie et à Shanghaï. Elle a bouclé une levée de 1,5 million de dollars (US). «Par rapport à la France, on trouve ici une ouverture de la part des grandes entreprises, en terme d'investissements notamment. Il y a aussi beaucoup moins de taxes», observe-t-elle.

Raphaël Cohen est cofondateur et CSO d'HotelQuickly, une application de réservation d'hôtels à la dernière minute en Asie-Pacifique. Basée à Hong Kong, elle promet des prix 28% moins chers que l'offre classique. En 2013 et en 2014, elle levait 1,6 million et 4,5 millions de dollars.


 

Augustin Ceyrac est cofondateur de Easyship, une plateforme de solutions logistiques cross-border pour les e-commerçants. Créée en 2014 à Hong Kong, elle veut simplifier les process de livraison à l'international. Elle emploit 25 peronnes en Asie du sud-Est et est présente à Singapour. Elle a levé des fonds auprès de fonds (500 Startups), de family offices et de business angels, à chaque fois en amorçage. 


 

Christophe Branchu est fondateur de l'agence design Juke, basée à Shenzhen. Spécialisée dans la création d'identité de marque, Juke importe la créativité française mais s'attend à voir le réveil de la Chine dans ce domaine. Ses clients sont aujourd'hui «Chinois à 90%».

 

Vincent Caradec est managing partners et cofondateur depuis 2014 de MyWebSpot, un hotspot mobile pour les hommes d'affaires en voyage souhaitant toujours avoir une connexion internet, sans devoir passer par la 4G de leur téléphone. Elle a levé 1 million de dollars en janvier 2016.

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Comment lever des fonds en Chine?
La Chine couvre désormais l’ensemble de la planète avec son système concurrent du GPS
Face aux États-Unis, la Chine prendra les «mesures qui s’imposent» pour défendre Huawei
Le coronavirus redistribue les cartes de la Tech chinoise 
Chine : lancement d’une app pour identifier les personnes exposées au Coronavirus
Vélos en free-floating: face aux difficultés, Ofo se transforme en plateforme de shopping
FoodTech : Uber Eats en Inde cédé à Zomato