BusinessStartup

ConcoursMania veut devenir leader européen du jeu marketing en ligne et va entrer en bourse

Créé en 1995 et basé à Bordeaux, le groupe ConcoursMania s’est taillé une place de choix dans le secteur des jeux gratuits en ligne autour de deux axes:

  • BtoC (49% du C.A. 2010) : développement, exploitation et monétisation de 27 sites de jeux propriétaires (Jeux.com, Jouer.fr, Flibus.com…) à fortes audiences (9,6 M VU/mois)
  • BtoB (51% du C.A. 2010) : prise en charge d’opérations marketing par le jeu, pour le compte de marques (Concours.fr, La revue des jeux, Gagner.fr)

En 2010, ConcoursMania a réalisé plus de 200 campagnes marketing par le jeu pour près de 100 annonceurs. La société compte 35 collaborateurs à Bordeaux. Son CA proforma: 7,5 M€, en croissance de 55 %, assorti d’une rentabilité élevée, 20 % de marge d’exploitation et 12% de marge nette.

Le groupe annonce l’enregistrement de son document de base dans le cadre de son projet d’introduction en bourse sur NYSE Alternext à Paris avec trois objectifs:

  • Capitaliser sur les nouvelles plateformes de jeux : réseaux sociaux, mobiles et tablettes
  • Accélérer la prise de parts de marché en intensifiant les actions commerciales en direction des agences
  • Poursuivre la stratégie d’acquisitions, moteur notamment du développement européen

Entretien avec Julien Parrou, PDG du groupe ConcoursMania.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
ConcoursMania veut devenir leader européen du jeu marketing en ligne et va entrer en bourse
Bourse: comment choisir son broker pour investir depuis son smartphone
Par sécurité, Joe Biden devra-t-il renoncer à son vélo interactif Peloton?
loon
Alphabet décide d’en finir avec Loon, son projet d’accès Internet par ballons
Animal Crossing, Among Us, FIFA… : retour sur ces jeux vidéo dopés par la pandémie
Facebook: le conseil des sages va décider si Donald Trump peut revenir sur le réseau
parler
Justice: Amazon ne sera pas contraint d’héberger le réseau social Parler