/ InsidersActualitéBusinessTech

[CONFIDENTIEL] BlaBlaCar, JD.COM, Cryptominute, iPhone X, Qualcomm vs Apple…

#ExcluFrenchWeb: un ancien cadre d’Apple chez BlaBlaCar

Olivier​ ​Bonnet,​ ​un​ ​des​ ​anciens​ ​responsables​ ​d’iCloud​ ​chez​ ​Apple,​ ​rejoint​ ​BlaBlaCar en​ ​tant​ ​que​ ​VP​ ​engineering​.

Olivier Bonnet a passé plus d’une dizaine d’années chez Apple en tant que software engineer manager. Arrivé en 2004 en tant qu’ingénieur, après des études à l’Ecole Polytechnique et Telecom ParisTech, il rejoint en 2012 le siège d’Apple, à Cupertino en Californie, pour gérer les équipes systèmes d’exploitation chargées du développement d’iCloud.

Son arrivée intervient à un moment-clé pour BlaBlaCar : après une phase d’expansion internationale, la startup concentre désormais ses efforts sur l’innovation et le développement technique de sa plateforme. Basé à Paris, Olivier Bonnet aura pour responsabilité l’accélération de l’innovation et des améliorations du
service, auprès de l’ensemble des équipes techniques. Il reportera directement à Francis Nappez, co-fondateur
et Directeur Technique de BlaBlaCar.

BlaBlaCar compte aujourd’hui 50 millions de membres dans 22 pays, 15 millions de voyageurs par trimestre et une application téléchargée plus de 30 millions de fois.

#InsiderFrenchWeb: JD.com ouvre un bureau à Paris

Selon nos informations, JD.com ouvrirait prochainement des bureaux à Paris et à Londres. Un country manager France est en cours de recrutement.

JD.com, le numéro 2 chinois du e-commerce, a réalisé un chiffre d’affaires de 37,5 milliards de dollars en 2016 et revendique 226 millions de clients annuels actifs. JD.com est souvent qualifié d’«Amazon chinois» : comme l’acteur américain, il distribue directement les produits, en plus de sa marketplace. Le rival d’Alibaba ambitionne aussi de se différencier par le service client. Tencent, opérateur de WeChat, la messagerie aux 963 millions d’utilisateurs actifs mensuels, et Wal-Mart, le géant américain de la grande distribution, détiennent respectivement 20% et 10% du capital de JD.com. L’e-commerçant a lancé récemment TopLife, une plateforme dédiée au luxe.

#Cryptominute: une transaction bitcoin consomme autant d’électricité qu’un foyer américain en une semaine

Selon une enquête de MotherBoard, à mesure que le cours du bitcoin monte, la consommation d’énergie s’envole de la même façon. Le bitcoin est basé sur la validation de blocs par des « mineurs », via un protocole «proof of work».  Pour valider ces blocs, les mineurs volontaires doivent résoudre des opérations cryptographiques grâce à leurs ressources informatiques. Le premier qui trouve la solution («proof of work») est rémunéré en bitcoin. Avec l’envolée du cours, l’activité peut donc devenir très lucrative, mais aussi de plus en plus énergivore, car certains l’industrialisent désormais, en créant des fermes de serveurs dédiés au minage.

Alex de Vries, analyste spécialisé dans les cryptomonnaies, a ainsi calculé qu’au niveau actuel du cours, il serait encore rentable pour les mineurs de bitcoin de consommer plus de 24 térawattheures d’électricité par an, soit l’équivalent de la consommation annuelle du Nigeria (186 millions d’habitants).

Toujours selon de Vries, chaque transaction bitcoin nécessiterait 215 KWh (300 000 par jour en ce moment), ce qui représente environ la consommation hebdomadaire d’un foyer américain. Autre repère, le volume d’énergie consommé par les mineurs du monde entier, à un instant t, pourrait suffire à alimenter en électricité 2,26 millions de foyers américains.

D’autres mesures plus optimistes estiment à un moindre 77 KWh l’énergie consommée par transaction, ce qui reviendrait malgré tout à suffire aux besoins quotidiens de plus de 800 000 foyers américains.

A lire sur Motherboard : One Bitcoin Transaction Now Uses as Much Energy as Your House in a Week

#Apple: 313 iPhone X volés à San Francisco

Quelques heures avant la sortie de l’iPhone X, ce sont 313 appareils Apple dernier cri qui ont été dérobés à San Francisco. Le butin s’élève à 370 000 dollars.

Ce vol a eu lieu devant l’Apple Store de Stonestown alors qu’un camion UPS effectuait la livraison. Certains iPhone X volés étaient des pré-commandes. Un proche du dossier affirme néanmoins que les clients concernés obtiendront leur nouveau téléphone à l’heure. Pour le moment, les voleurs n’ont pas encore été retrouvés.

Cet événement survient la veille de l’annonce d’Apple sur ses derniers résultats. Au quatrième trimestre de son exercice décalé 2017, clos le 30 septembre, Apple a ainsi réalisé un chiffre d’affaires de 52,58 milliards de dollars, en hausse de 12%. Dans le même temps, le bénéfice net de la firme américaine a atteint 10,71 milliards de dollars, contre 9,01 milliards de dollars un an auparavant. Les pré-commandes d’iPhone X seraient deux fois supérieurs, au cours des 4 premiers jours, que l’iPhone 6, qui détient le record.

Over 300 iPhone X models stolen from San Francisco Apple Store

#GuerreDesBrevets: Qualcomm attaque Apple pour avoir divulgué du code à Intel

Nouvel épisode dans la guerre qui oppose Apple à Qualcomm. Après avoir voulu faire interdire l’iPhone en Chine en octobre au motif que la firme de Cupertino abuse de sa position dominante pour ne pas payer la totalité des prix de ses technologies brevetées, le premier fabricant mondial de puces pour smartphones accuse cette fois Apple d’avoir transmis des informations confidentielles à Intel, qui n’est autre que le concurrent de Qualcomm.

Crédit photo : Apple

L’équipementier américain reproche en effet à la marque à la pomme d’avoir partagé sa technologie propriétaire avec Intel. Pour ce faire, Apple aurait envoyé un mail pour réclamer à Qualcomm des données techniques sensibles. Jusque-là, rien de dramatique, sauf qu’un ingénieur d’Intel aurait discrètement été mis en copie de ce mail. De cette manière, Intel, qui travaille avec Apple depuis l’iPhone 7, pouvait récupérer des données sensibles pour améliorer ses produits à destination d’Apple selon le savoir-faire de Qualcomm. De plus, Apple refuserait de coopérer avec l’équipementier dans le cade d’un audit voulu par Qualcomm pour vérifier la bonne foi de son client en matière de protection des propriétés intellectuelles. Si ce refus est avéré, il pourrait constituer une seconde violation du contrat de licence qui lie les deux entreprises.

Devant la dégradation rapide de ses relations avec Qualcomm, Apple prévoit de ne plus utiliser les puces de l’équipementier américain sur les iPhone et les iPad en 2018, selon une source citée par Bloomberg.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This