ActualitéTransport

Coup de froid sur la communication de Bird

Chaque jour FrenchWeb decode la communication des entreprises et vous offre un contrepoint critique. Pour avoir accès à ce channel Off sur TELEGRAM cliquez ici.

Créé en 2017 par Travis Vanderzanden (40 ans), Bird a pris son envol avec un premier tour de table de 3 millions de dollars pour se déployer à San Monica. Depuis, Bird a levé 718 millions de dollars, sur une valorisation de 2,3 milliards au dernier tour.

Le loueur de trottinettes est présent dans 120 villes et 15 pays dans le monde. Les ambitions sont de s’implanter dans 50 nouvelles villes en Europe d’ici fin décembre.

Malgré ce déploiement massif, les résultats vont beaucoup moins vite que les dépenses de la société. Au premier trimestre 2019, Bird n’aurait encaissé que 15 millions de dollars de chiffre d’affaires pour 100 millions de pertes d’exploitation, selon The Information. Ainsi, Bird cherche urgemment à lever 300 millions de dollars d’ici fin août.

Pour faire face à cette baisse de revenus, Bird a procédé à une augmentation des prix par deux, auxquels s’ajoutent 1 dollar de frais fixes par course. Le modèle commercial a également été modifié, au travers de prépaiements par tranche de 20 dollars, et non plus à l’acte. Bird compte également commercialiser sa trottinette en vente directe pour augmenter son chiffre d’affaires. Par ailleurs, la société a réduit sa masse salariale de 5% depuis le début de l’année.

Ces informations viennent contrarier un plan de communication dans lequel le fondateur Travis Vanderzanden mouille la chemise, allant mercredi dernier à la rencontre des médias parisiens, de l’écosystème tech, mais surtout de Christophe Najdovski, l’adjoint aux transports d’Anne Hidalgo. Il faut rappeler qu’un appel d’offres est prévu en septembre pour ne retenir que deux à trois opérateurs de location de trottinettes, alors que la compétition se joue avec près d’une dizaine d’acteurs.

Bien entendu, tous les arguments sont bons pour faire valoir leur candidature. Pour satisfaire aux premières demandes de l’édile parisienne, qui doit faire face aux mécontentements de ses administrés face à l’invasion des trottinettes, Bird a réduit son parc en free floating à Paris à 4000 véhicules. Mais pour enfoncer le clou, Bird annonce vouloir créer un bureau européen dans la capitale, et promet 1000 emplois d’ici deux ans. Comme aurait dit un précédent maire de Paris, « les promesses n’engagent que ceux qui y croient ».

De retour aux États-Unis, Travis Vanderzanden a réagi à ce qu’il a qualifié de « DisInformation » divulguées par le site The Information, au travers de trois tweets illustrés de diagrammes, qui vantent une nette amélioration des performances de la société, sans pour autant indiquer des données chiffrées sur son chiffre d’affaires, ses pertes, ou encore la trésorerie de l’entreprise.

Ces informations ont été diffusées vendredi dernier sur le channel Off de FrenchWeb sur TELEGRAM. Pour vous abonner cliquez ici.
Tags

Richard Menneveux

CEO & Editor in Chief@Decode Media Pour contacter la rédaction: redaction.frenchweb@decode.media

2 commentaires

  1. « Les promesses n’engagent que ceux qui y croient », ce n’est pas un bon mot d’un ancien maire de Paris, ais de Mr Charles Pasqua, jadis ministre de l’intérieur et président du Conseil général des Hauts de Seine. Rendons à César ce qu lui appartient…

Coup de froid sur la communication de Bird
11 millions d’euros pour la MedTech Remedee Labs
La banque, nouvelle pièce maîtresse des GAFA?
Fret routier: Convoy lève 400 millions de dollars de plus pour tenir Uber à distance
BiiG, Netwave, Addactis Software : focus sur les offres d’emploi du jour
facebook
En difficulté avec Libra, Facebook lance son service de paiement
Le Japonais Uniqlo choisit les robots de la startup française Exotec pour sa logistique
Copy link