ActualitéCrowdfundingLes levées de fonds

Crowdfunding : Lending Club, fondé par un Français, lève 870 millions de dollars en Bourse

Lending Club, la plate-forme de prêts entre particuliers fondée par le Français Renaud Laplanche, vient de lever 870 millions de dollars sur le New York Stock-Exchange (NYSE). Dans le détail, la société a écoulé 58 millions d’actions à 15 dollars, portant sa valorisation à 5,4 milliards de dollars. L’entreprise a vu sa cotation bondir de plus de 50%, à 23,43 dollars hier à la clôture.

Fondé en 2006, Lending Club compte aujourd’hui plusieurs personnalités à son conseil d’administration, dont Lawrence Summers, ancien secrétaire au Trésor américain, et John Mack, ancien PDG de la banque d’affaires américaine Morgan Stanley. En 2013, Google avait injecté 125 millions de dollars dans la société pour 7% de son capital.

6 milliards de crédits octroyés

L’entreprise revendique plus de 6 milliards de dollars de crédits octroyés via sa plate-forme, dont 1,2 milliard sur le seul troisième trimestre. Plus de 595 millions de dollars auraient été versés selon le compteur en temps réel disponible sur le site.

Avant de fonder Lending Club, Renaud Laplanche travaillait chez TripleHop Technologies, racheté par Oracle Corporation en 2006, et au sein du cabinet d’avocats Cleary Gottlieb Steen & Hamilton.

Crédit photo : Lending Club

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Crowdfunding : Lending Club, fondé par un Français, lève 870 millions de dollars en Bourse
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?