A la uneActualitéEuropeParisTransport

Dans les nouveaux locaux de Blablacar, une culture «fun & serious»

Depuis mars 2016, les 350 employés français de Blablacar évoluent dans un nouvel espace de travail dans le deuxième arrondissement de Paris. Des phone rooms, des quiet rooms ou encore la salle BlaBlaVillage sont proposées aux salariés. Un lieu coloré qui se veut être attractif pour les futurs employés. Plus de détails avec Laure Wagner, Culture Captain et employée depuis 2009 chez Blablacar.

laure-wagner-blablacar-2016-14

FrenchWeb: Quelles sont les spécificités de l’espace de travail chez Blablacar?

Laure Wagner, Culture Captain et 1ère employée chez Blablacar: Nous avons souhaité que nos bureaux soient à l'image de notre ADN, «Fun & Serious», et de l'ensemble des 10 valeurs de l'entreprise, créées et partagées par l'ensemble des collaborateurs. Les différents espaces ont été pensés pour être propices et adaptés aux différents modes de travail avec des salles de réunion de tailles variables, des bureaux «debout», des phone rooms isolées du bruit… sans négliger les moments de détente avec les espaces cafet'/cuisine à chaque étage, la quiet room, la salle de gym… Une particularité de nos locaux: le BlaBlaVillage. C'est un lieu d’accueil et d'événements aussi bien internes, avec les BlaBlaTalk (une équipe présente chaque semaine leurs résultats) qu'externes. Ce lieu a pour vocation de refléter l'esprit du covoiturage et de l'aventure entrepreneuriale de BlaBlaCar avec la BlaBlaStory depuis 2003 et le «mur des ambassadeurs» où l'on retrouve le diplôme d'ambassadeur de tous les salariés covoitureurs… D'ailleurs, les covoiturages des salariés sont remboursés par BlaBlaCar, à condition de remplir à la fin de son trajet un formulaire de feedback! C'est une façon de toujours percevoir les besoins des membres.

laure-wagner-blablacar-2016-7

Que cherchez-vous à y installer?

Nous souhaitons favoriser le bien-être de chacun en créant un cadre de travail qui favorise le dialogue, l'ouverture d'esprit, l'échange, l'esprit collaboratif et la convivialité. Un petit-déjeuner est d'ailleurs organisé tous les vendredis avec l'ensemble des équipes. Un moment de partage fédérateur. Nous souhaitons que nos collaborateurs s'épanouissent pleinement dans leur travail.

laure-wagner-blablacar-2016-4

Combien de personnes sont présentes dans ces bureaux?

BlaBlaCar compte aujourd'hui 550 salariés à travers le monde, dont 350 à Paris avec 11 services, répartis sur 3 étages plus un espace accueil et événements «BlaBla Village».

Que cherchiez-vous à éviter absolument?

Nous avions à coeur de rester dans Paris pour faciliter la vie de nos salariés, mais aussi pour renforcer notre attractivité auprès des candidats, et ainsi attirer de nombreux nouveaux talents. Actuellement, nous avons plus d'une vingtaine postes d'ouverts pour des métiers techniques. Nous recherchons des ingénieurs, des développeurs, des data scientists et analysts, ou encore des product managers.

La taille des locaux a d'ailleurs été pensée à long terme afin d'anticiper notre croissance future. Egalement, nous avons voulu des open space aérés, spacieux et colorés pour le confort de tous et pour éviter le cloisonnement.

Tout en grandissant, nous préservons au maximum «l'esprit des débuts» en permettant à l'ensemble des salariés de se sentir réellement intégrés dans un projet commun porteur de sens avec un réel impact sur la société.

laure-wagner-blablacar-2016-11

Ce modèle est-il répliqué dans vos autres bureaux à l’étranger?

Nous avons choisi d’aménager nos différents bureaux en suivant une logique «glocale». On retrouve l’esprit «comme à la maison» dans l’ensemble des locaux, mais chaque office manager à l’étranger peut s’approprier les lieux selon la culture locale. A Milan par exemple, les équipes aiment cuisiner en groupe pour le déjeuner. De grands espaces ont été aménagés à cet effet. Autre exemple, en Pologne, le sport est une pratique quotidienne avec l'installation d'un espace fitness au sein même des bureaux. Cela peut également être l’inverse: les office managers de Paris peuvent s’inspirer des bureaux locaux à l’étranger. Un réseau rassemblant les office managers de chaque pays a d’ailleurs été créé pour échanger des idées et bonnes pratiques à ce sujet.

laure-wagner-blablacar-2016-9

Quels sont les résultats observés?

Il est encore un peu tôt pour prendre du recul puisque nous sommes installés dans nos nouveaux locaux parisiens depuis seulement 8 mois. Ce type d'investissement se mesure sur le long terme. Cependant, nous pouvons d'ores et déjà constater, au regard de la multiplication des candidatures, qu'il y a un réel effet positif sur notre attractivité et in fine, l'image véhiculée.

laure-wagner-blablacar-2016-6

Au final, la mode ping-pong et Playstation de la Silicon Valley est-elle toujours d’actualité?

Le ping pong a supplanté le baby-foot ces derniers mois ! Mais il ne faut pas s'y méprendre : une table de ping-pong ne fait pas une culture d'entreprise ! La confiance accordée a priori et non a posteriori, la transparence, une organisation agile avec beaucoup d'autonomie laissée aux équipes et un projet porteur de sens sont véritablement le fondement de notre culture.

laure-wagner-blablacar-2016

Lire aussi: [We Love Entrepreneurs] Frédéric Mazzella «Lorsque j’ai eu l’idée de Blablacar, je n’ai pas dormi pendant 72 heures»

Tags

Myriam Roche

Chef de projet éditorial at Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs
Dans les nouveaux locaux de Blablacar, une culture «fun & serious»
[Webinar] Next-gen retail: 10 changements radicaux dans le retail américain
Addactis Software, Groupe ADP, WAT : focus sur les offres d’emploi du jour
Les géants du web en pleine opération séduction avec la presse
Macron en renfort des startups françaises de la tech
[Livre Blanc] RGPD 1 an après, quel impact sur les programmes de fidélité ?
[Livre Blanc] Le guide pratique du feedback client
La startup FairMoney lève 10 millions d’euros pour digitaliser les services bancaires dans les pays émergents
La startup Element AI lève 150 millions de dollars pour aider les entreprises à adopter l’intelligence artificielle
Google change son algorithme, le SEO a de l’avenir
WeWork confirme son intention d’entrer en Bourse et restreint les pouvoirs de son PDG
Copy link