ActualitéBusinessFinTech

De possibles manipulations du cours du bitcoin dans le viseur des autorités américaines

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

C’est peut-être une tempête qui se prépare pour les cryptomonnaies de l’autre côté de l’Atlantique. Et pour cause, les régulateurs américains soupçonnent l’existence de manoeuvres illégales pour faire fluctuer le cours du bitcoin. Dans ce cadre, le département américain de la Justice, en collaboration avec la CFTC (Commodity Futures Trading Commission), l’autorité de régulation des marchés à terme et des produits dérivés, a ouvert une enquête criminelle pour se pencher sur d’éventuelles manipulations des cours du bitcoin et d’autres cryptomonnaies, rapporte Bloomberg.

Alors que les cryptomonnaies ont connu un envol spectaculaire l’an passé (avant une chute brutale), les autorités américaines soupçonnent des traders de s’être livrés à des pratiques de «spoofing» pour faire bouger le prix du bitcoin. Concrètement, le «spoofing» est une manipulation boursière qui consiste à placer sur les marchés des titres à la vente ou à l’achat pour annuler l’ordre juste avant qu’il ne soit exécuté, de manière à provoquer un mouvement favorable des prix.

Autrement dit, les régulateurs américains soupçonnent les traders d’avoir placé de faux ordres sur les marchés pour que le cours du bitcoin évolue à leur avantage. Cependant, le «spoofing» est une pratique interdite aux États-Unis depuis 2010 lorsque la loi de régulation financière Dodd-Frank a été adoptée par le Congrès américain pour éviter une nouvelle crise financière.

Les autorités américaines bloquées par l’absence de régulation 

Outre le «spoofing», les autorités américaines s’intéressent également à des pratiques de «wash trading». Les traders font appel à cette technique pour s’acheter ou se vendre à eux-mêmes des actions ou des monnaies pour augmenter artificiellement le volume d’échange sur un marché et ainsi faire croire aux investisseurs que la demande s’accroît pour mieux les attirer. Aux États-Unis, le «wash trading» est déclaré illégal depuis 1936.

Bien que ces pratiques soient interdites sur les marchés américains, il sera difficile pour les autorités d’y mettre fin. En effet, l’absence de régulation pour encadrer les plateformes de trading complique la tâche des régulateurs américains. De plus, la plupart des principales plateformes de trading ne sont pas basées aux États-Unis. Dans ce contexte, les autorités américaines ne se font guère d’illusions sur leurs chances de punir les traders se livrant à ces pratiques illégales, indique Bloomberg. En attendant, les fraudes financières sur les plateformes de trading ont de beaux jours devant elles.

Un commentaire

  1. Il est possible que les autorités américaines soient davantage dérangées, dans cette – petite – histoire, par le fait que ces manipulations soient opérées en dehors du territoire américain, et donc impossibles à contrôler par les autorités locales , plus que par celui qu’il y ait eu manipulation.

Bouton retour en haut de la page
De possibles manipulations du cours du bitcoin dans le viseur des autorités américaines
[Série B] Ouihelp lève 30 millions d’euros pour renforcer sa solution d’aide à domicile
TikTok mise sur les abonnements payants pour s’affranchir de la publicité
Pourquoi Klarna va supprimer 10% de ses effectifs dans le monde
[Seed] La PropTech Buildrz réalise une première levée de fonds de 3,8 millions d’euros
Orange : l’ère Stéphane Richard définitivement terminée
[Nominations] Figaro Classifieds, Sendinblue, Mon Petit Placement… Les nominations de la semaine
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Votre adblocker bloque votre acces a FrenchWeb.Fr



Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.

Les adblockers empechent votre acces a FrenchWeb. Pour y acceder, nous vous recommandons de nous ajouter a votre liste de sites autorisés.

Merci et bon surf!

Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media