A la uneActualitéAsieChineEuropeTech

Derrick Xiong, l’homme qui veut vous transporter avec un drone

Rencontrer Derrick Xiong, le jeune prodige de la Tech chinoise, c'est regarder à nouveau le «5e Élément» de Luc Besson, la fiction en moins. A 28 ans, le cofondateur du fabricant de drones Ehang, sait que, pour la première fois, il détient une vision concrète du futur qui peut changer le monde. Née à Guangzhou, sa société est aujourd'hui présente à Pékin, Shanghaï, mais vient aussi d'ouvrir un centre à Düsseldorf «parce que toutes les grandes entreprises de la tech chinoise y sont», confie Derrick Xiong à Frenchweb. La société est aussi dans la Silicon Valley à San Francisco et a fait parlé d'elle à l'occasion du dernier CES 2016.  

Lorsque l'on rencontre Derrick Xiong, il faut donc d'abord s'intercaler dans l'agenda d'un jeune entrepreneur pressé qui s'enrhume dans les long-courriers climatisés. «Pendant ma scolarité en Chine, j'ai été sélectionné par un programme d'études de Singapour pour suivre une formation réservée aux meilleurs ingénieurs chinois», raconte-t-il. Quelques années plus tard, il est à la tête de Ehang, valorisée plus de 400 millions de dollars et dirige, avec son cofondateur, plus de 300 personnes.

Un quadricoptère commandé par une application iPad

drone-184-villeSur les marchés des drones grand public et professionnels, notamment avec son «Ghost Drone», Ehang ne craint ni la concurrence du Français Parrot, ni celle des Américains. Ils bataillent certes sur des secteurs communs (agriculture, surveillance, réalité virtuelle…) Mais avec son produit phare, le Ehang 184, capable de transporter un passager à 100km/h d'une base à l'autre commandée par une application iPad, Derrick Xiong estime qu'il a un – léger temps d'avance… L'autonomie est pour l'instant d'une vingtaine de minutes mais les ingénieurs travaillent à prolonger l'essai pour «passer à une heure et relier San Francisco à San José» (voir la démo dans l'entretien ci-dessous). Il coûte pour l'instant le prix d'une voiture de luxe, environ 300 000 dollars. 

ENTRETIEN (en anglais) avec Derrick Xiong à l'occasion du China Connect 2016 à Paris :

Pour financer sa R&D, Ehang a déjà levé 52 millions de dollars, notamment auprès de Microsoft et dont George Yan, l'ancien directeur marketing Chine de la firme est devenu son cofondateur. Derrick Xiong veut-il diffuser une nouvelle vision du monde au même titre que le patron de Tesla, Elon Musk, avec SpaceX, Richard Branson avec JetBlue? Jack Ma, la figure de la tech chinoise n'y trouverait-il pas «son» projet fou à l'instar des tycons anglosaxons? Derrick Xiong esquisse un sourire… et le confirme pendant l'entretien.

Derrick Xiong l'affirme avant tout le monde; l'avenir ne sera pas celui des voitures volantes, un mythe qui devait enfin faire oublier les bouchons dans les centres urbains, dans les métros. «D'ici dix, vingt, ou trente ans… le changement va être immense», estime l'ingénieur. Le temps que l'ancien mythe se transforme en une toute autre réalité; celle du «'drone avion' autonome pour hommes d'affaires pressés pouvant s'offrir un transport rapide et fiable».

 

Lire aussi: Parrot, un champion du recrutement pour décoller dans les drones

Agriculture: quelle drone d’idée !

Crédits: Copyright China Connect 2016, Laure de Carayon, Jean-Pierre Raffarin, Derrick Xiong. Drone 184, Ehang.

Tags

Jeanne Dussueil

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This