A la uneArts et CultureAsieChineEuropeHong KongRetail & eCommerceTech

Devialet, 100 millions d’euros pour ouvrir des boutiques en Chine

Devialet, le fabricant français d’amplificateurs de son haut de gamme, serait sur le point de finaliser une levée de fonds d’un montant de 100 mililons d’euros, selon une information de La Lettre de l’Expansion. Après un tour de table de 25 millions en 2015 qui lui a permis de se développer aux Etats-Unis, ce nouvel investissement doit, cette fois, lui ouvrir les portes de l’Asie. Fin octobre, Frenchweb rencontrait Quentin Sannié, l’un des cofondateurs, pour évoquer les ambitions de la marque sur ce continent, avec une stratégie différente que celle menée avec les Apple Store.

Si cette levée se confirme, il s’agirait d’une des plus importantes levées de fonds réalisées par une entreprises de la Tech française en 2016, après les 100 millions levés par Deezer (racheté par un fonds russo-américain) en janvier.

Alors que le fabricant compte déjà Jacques-Antoine Granjon, Marc Simoncini ou encore Xavier Niel à son board, ce nouveau tour de table record ferait intervenir des investisseurs étrangers. Le Taïwanais Try Gou (Foxconn) ou encore le Japonais Sharp sont pressentis.

La classe aisée chinoise en ligne de mire

Créée en 2007, le fabricant d’enceintes a dévoilé fin octobre son dernier né; la «Gold Phantom», vendue entre 1690 euros à 2 590 euros et capable de rendre un «un impact physique encore plus grand, et des aigus jusqu’à 27 kHz, plus cristallins grâce à un nouveau Tweeter en Titane pur». Devialet cultive son ADN luxe, quitte à signer à partenariat avec l’Italien Berluti pour vendre la dernière Phantom et le modèle «Cocoon» à 5 000 euros.

Présente à Paris, Londres, et New-York, Devialet a fait de son quatrième bureau à Hong Kong sa tête de pont vers l’Asie. De là, le fabricant compte toucher une clientèle haut de gamme, récemment convertie aux produits hight tech de marque, au travers de nouveaux points de vente auprès de revendeurs.

En Chine continentale, le Français confie vouloir «implanter des boutiques d’ici la fin de l’année». Au total, Devialet dispose de 45 boutiques dans le monde, notamment à New York, Londres et Paris.

Devialet devrait faire parti du Next40 le nouvel indice des startups françaises à fort potentiel établi par le Secrétariat d’état à l’économie numérique.

Lire aussi:

Devialet, c’est l’Amérique

Devialet, la start-up française qui fait vibrer Apple

Tags

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Devialet, 100 millions d’euros pour ouvrir des boutiques en Chine
La Silicon Valley résiste à la pandémie, affichant des profits insolents
Lutte contre les infox : le CSA demande plus d’efficacité et de transparence aux réseaux sociaux
Samsung: le confinement propulse le bénéfice net du groupe à près de 4 milliards d’euros
Mode : une course à la digitalisation nécessaire
Location de bateaux : Click&Boat s’empare de son rival espagnol Nautal
FinTech: le Britannique TransferWise désormais valorisé 5 milliards de dollars
Copy link