Actualité

Disney serait en discussion pour racheter Maker Studios

La firme propriétaire de plusieurs chaînes TV aux USA pourrait s’offrir l’un des plus gros fournisseurs de contenus pour YouTube

Le site Re/Code affirme que la firme américaine de divertissement envisage de racheter Maker Studios, un des plus gros fournisseurs de contenus pour  YouTube (Google). Maker Studios revendique à ce jour 5,5 milliards de vidéos vues par mois sur les chaînes YouTube.

Disney, propriétaire des chaînes ABC, Disney Channel et ESPN, serait ainsi la première entreprise de média « traditionnelle » à faire l’acquisition d’un spécialiste du contenu en diffusion exclusive online.

L’histoire du studio de création a démarré en 2006, quand la jeune Lisa Donovan a lancé une chaîne, LisaNova. Ben Donovan et Dan Zappin l’ont rejoint pour l’alimenter en contenu. Lors du rachat de YouTube par Google, LisaNova est devenu partenaire du site de vidéos. En 2009, Lisa, Ben et Dan ont fait appel à d’autres artistes pour former Maker Studios.

Récemment, les acteurs du divertissement et des médias ont concrétisé leur intérêt pour les nouveaux contenus digitaux, via des prises de participation notamment. A l’instar de Warner Bros. qui a injecté $18 millions de dollars dans le spécialiste du jeu en streaming Machinima. DreamWorks Animation a pour sa part racheté AwesomenessTV pour 117 millions de dollars.

En France, on se souvient tout récemment du rachat de Studio Bagel par le groupe Canal +( lire l’article).

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Disney serait en discussion pour racheter Maker Studios
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer