ActualitéMarketing & Communication

[E-publicité] Les infos à ne pas rater : +32% pour la publicité display en ligne, Internet et télévision font bon ménage…

Les infos essentielles de la semaine dans le secteur de la publicité en ligne

s4m

Spécialisée dans l’édition de solutions et de logiciels mobiles à destination des agences, S4M annonce un renforcement de ses équipes à l’international.

Si quatre nouvelles personnes vont rejoindre le département recherche et développement au siège parisien, la société souhaite profiter de la forte croissance des pays émergents et nomme un nouveau directeur général à Sao-Paulo au Brésil afin « profiter de la tendance confirmée quant à l’adoption massive des smartphones et le développement des usages ». Doté de trois employés, le bureau new-yorkais se voit également nommer un nouveau directeur général.

stickyads

L’agence spécialisée dans la publicité vidéo programmatique Sticky.ADS annonce l’ouverture d’un bureau en Italie, à Milan, une décision qui s’inscrit dans une stratégie de renforcement à l’échelle européenne puisque la société avait déjà créé une antenne espagnole au printemps dernier.

« Notre ambition est de devenir le leader des solutions vidéo programmatiques pour les éditeurs premiums » explique Hervé Brunet, co-fondateur et président, qui rappelle que « le RTB est le segment de l’industrie de la publicité digitale qui connaît la plus grande croissance. […] Les dépenses RTB en Europe de l’Ouest devrait d’ailleurs passer de 381 millions de dollars en 2012 à 3,2 milliards de dollars en 2017 avec une croissance annuelle moyenne de 39%. Quant à la part de marché du RTB dans les dépenses totales du digital, celle-ci devrait passer de 5% en 2012 à 23% en 2017** ».

** Source : Institut de recherche IDC, Octobre 2013

1389892328895

La publicité display en ligne a connu une croissance de 32% au cours des trois premiers trimestres de l’année 2013 par rapport à la même période un an plus tôt, selon Nielsen. S’il s’agit du média connaissant la plus forte embellie, la télévision reste cependant le support favoris des annonceurs en cristallisant plus de 57% des dépenses, les journaux et la radio représentant respectivement 5,4% et 18,8%.

Mais plutôt que d’opposer télévision et Internet, l’institut précise que les marketers doivent parier sur la combinaison des deux. « Nous voyons constamment les annonceurs se tourner vers des campagnes intégrées afin de se connecter avec les consommateurs sur plusieurs écrans, renforçant ainsi leurs messages de manière stratégique pour maximiser l’impact » explique ainsi Randall Barbe, responsable mondial des solutions annonceur chez Nielsen.

tv-pub

comScore a publié son classement des 20 plus grandes plateformes de vidéo en ligne en termes de visiteurs uniques pour le mois de décembre 2013.

L’institut souligne la montée de deux acteurs de la publicité : TubeMogul, qui avec 31,1% de croissance passe de la 14e à la 9e place, et Liverail qui connu une hausse de son audience de 13,8%.

graph1

Le reciblage publicitaire sur mobile augmenterait le chiffre d’affaires de 18% dans le cadre d’une campagne publicitaire selon les résultats d’une étude réalisée par myThings « sur plus de 100 millions de bannières reparties au sein de différentes campagnes publicitaires ».

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

Bouton retour en haut de la page
[E-publicité] Les infos à ne pas rater : +32% pour la publicité display en ligne, Internet et télévision font bon ménage…
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?