ActualitéArts et Culture

Entente illégale sur les ventes d’ebooks: Apple va faire appel de sa condamnation

La marque à la pomme a été condamnée pour entente illégale avec de grands éditeurs américains.

Hier, le juge fédéral Denise Cote a condamné Apple pour entente illégale avec de grands éditeurs de livres: Macmillan et Penguin Group . La cour reproche à Apple de s’être concerté avec eux pour garantir les meilleures conditions du lancement de l’iPad, à savoir d’augmenter les tarifs d’ebooks.

Face à l’autre géant de la vente de livre électronique Amazon, l’idée aurait donc été de résister à la concurrence des tarifs: Amazon fixe en effet ses nouveautés et best-sellers à 9,99 dollars. Dans son catalogue en ligne, l’iBookstore, qui a ouvert en 2010, les titres de livres étaient globalement compris entre 12,99 et 14,99 dollars.

Mais la marque à la pomme ne compte pas en rester là et entend se « battre contre ces fausses accusations ». Un porte-parole a déclaré: « Apple n’a pas conspiré pour fixer les prix d’ebooks, et va continuer à se battre (…). Quand nous avons introduit l’iBookstore en 2010, nous donnions justement au client plus de choix, plus de nouveautés (…). Nous avons injecté de l’innovation et une concurrence bien nécessaire sur ce marché, brisant l’emprise monopolistique d’Amazon sur le secteur de l’édition. Nous n’avons rien fait de mal et nous allons faire appel de la décision du juge ».

Tags

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Entente illégale sur les ventes d’ebooks: Apple va faire appel de sa condamnation
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link